•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La tempête solaire qui a plongé 6 millions de personnes dans le noir

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

La tempête solaire qui a plongé 6 millions de personnes dans le noir

Audio fil du dimanche 24 mars 2019

Photo : NASA

En mars 1989, plus de six millions de personnes qui habitent l'est du Canada se retrouvent sans électricité à cause d'une tempête solaire. C'est l'une des premières fois où le grand public subit les conséquences de l'activité solaire sur la technologie moderne. Renaud Manuguerra-Gagné nous rappelle cet événement durant lequel 90 secondes auront déstabilisé le réseau d'Hydro-Québec en plongeant la province dans le noir.

Heureusement, la panne ne cause aucun dommage sérieux. Des systèmes de sécurité détectent une surcharge dans le réseau et coupent le courant en provenance des centrales hydroélectriques situées près de la baie James. En une minute, le Québec perd la moitié de sa production électrique, et le reste du réseau ne résiste pas à un tel choc – ce qui cause la panne générale.

Le saviez-vous?

L’activité magnétique de certaines régions à la surface du soleil peut déclencher une éruption solaire. Ces explosions sont parmi les événements les plus puissants du système solaire et envoient des vagues de radiations, des particules chargées électriquement et de la matière solaire – appelée plasma – dans l’espace.

Le 10 mars 1989, une de ces éruptions a propulsé un jet de matière grand comme 36 fois la Terre à plus de 1,6 million de kilomètres-heure directement vers notre planète. Il aura fallu un peu plus de deux jours pour que ces particules chargées nous atteignent et déclenchent une tempête géomagnétique. C’est cette matière qui a causé les pannes de courant.

Il aura fallu neuf heures pour rétablir le courant, et les pertes économiques se chiffrent à l’époque à plusieurs millions de dollars. Dans les heures suivant la panne, personne ne sait vraiment ce qui est arrivé, se souvient Jean-Claude Roy, vice-président d’Hydro-Québec à ce moment-là.

Ailleurs sur la planète, les effets de la tempête solaire se ressentent : la NASA perd contact pendant quelques heures avec certains de ses satellites en orbite aux latitudes polaires, tandis que les communications dans certaines parties du monde sont interrompues. Il y aussi des pannes à certains endroits aux États-Unis.

À l’époque, les aurores boréales qui s’ensuivent sont vraiment exceptionnelles. Normalement, on peut les observer au nord du Canada, de l’Europe et de la Russie, mais pendant deux jours, on peut les apercevoir aussi loin qu’au Texas ou en Floride.

Par la suite, Hydro-Québec apporte certains correctifs dans ses systèmes de sécurité et dans les dispositifs d’alerte afin de diminuer l’activité de ses centrales si une tempête solaire approche. Or, comme on ne connaît pas quelle intensité peuvent atteindre les éruptions solaires, il est difficile de se prémunir contre de tels phénomènes naturels.

Aujourd’hui, en raison de notre dépendance à l’électricité et aux communications satellites, on estime que les dommages d’une telle tempête se chiffreraient en milliers de trillions de dollars.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi