Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 5 août 2018

Éviter le pire auprès d’une mouffette (et une recette pour chasser l’odeur!)

Publié le

Une queue de mouffette.
Non, la mouffette ne veut PAS vous arroser...   Photo : Getty Images / Planet Flem

Vous rentrez un peu tard du travail. Aussitôt arrivé, constatant que l'odeur de votre sac à ordures est une honte, vous décidez d'y remédier. Aussitôt sorti de la maison, entre la porte et votre poubelle, une bestiole avec deux lignes blanches sur le dos vous surprend en train de reluquer son garde-manger. Comment éviter que la mouffette vous attaque? Ou, s'il est trop tard, comment chasser l'odeur sans avoir recours au traditionnel bain de jus de tomate, qui ne règle en rien le problème?

La mouffette souhaite vous faire fuir... Quittez les lieux!
Si on se met dans la peau de la mouffette, on comprend vite qu’elle fera tout pour éviter la confrontation. Son arme de destruction olfactive a ses limites : en effet, la mouffette dispose d’environ cinq ou six jets et peut mettre jusqu’à 10 jours pour renouveler son arsenal.

La mouffette vous donne plusieurs chances de rebrousser chemin et multiplie les avertissements avant d’arroser :

  1. La bête lève la queue.
  2. Elle tape le sol avec ses petites pattes griffues.
  3. Elle hausse le dos et les hanches pour vous intimider.
  4. Elle essaie de vous charger.
  5. Elle se contorsionne pour montrer en même temps son derrière et sa face hargneuse.
Un homme se pince le nez.
Grâce à la fatigue olfactive, l'humain s'habitue aux pires odeurs. Photo : getty images/istockphoto/SIphotography

Les coulisses d’une attaque odorante
Si la mouffette considère que vous n’avez pas obtempéré, elle vous arrosera. Pour ce faire, elle contractera le muscle qui entoure ses glandes anales et fera sortir deux protubérances – qu’elle peut orienter indépendamment l’une de l’autre, pour plus de précision – en visant idéalement les yeux.

Et c’est parti! La décharge est constituée de composés chimiques appelés thiols, dont l’odeur repose sur des atomes de soufre liés à des atomes d’hydrogène. On les trouve aussi dans la chair en putréfaction, les excréments... et les œufs pourris. Tout le monde s’entend : c’est absolument épouvantable.

Le bain de jus de tomate? Une supercherie!
Ce qui a donné l’impression à des générations de victimes que le bain de jus de tomate peut réellement chasser l’odeur se nomme fatigue olfactive. Les thiols ont une odeur omniprésente. Ainsi, nos récepteurs olfactifs finissent par s’user, et on s’habitue à l’odeur.

L’odeur du jus de tomate, toute fraîche, prend momentanément le dessus. Mais les thiols sont toujours là! Si votre conjoint arrive du travail à cet instant, il vous dira à coup sûr que vous sentez principalement la mouffette… et un peu les tomates.

Néanmoins, il existe une solution pour laver la fourrure d'un animal qui a été aspergé! Une solution chimique. Voici la recette pour vous débarrasser de l’odeur de la mouffette :

  • 1 litre de peroxyde d'hydrogène à 3 %
  • 1/4 de tasse de bicarbonate de sodium (communément appelé « petite vache »)
  • 1 ou 2 cuillères à thé de savon liquide

(La solution ne doit pas entrer en contact avec les yeux de votre animal. Bien rincer la fourrure de l'animal après l'avoir lavée avec la solution. Note : l'utilisation de peroxyde d'hydrogène peut entraîner une légère décoloration des poils.)

Chargement en cours