•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les années lumière

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Rattrapage du 21 févr. 2021 : L'efficacité de la 1re dose du vaccin, le froid et les espèces animales sous l'eau de l'Arctique

Rattrapage

  • Avec les nouveaux variants préoccupants du SRAS-CoV-2 arrivent les défis associés à leur détection rapide. Comme il est logistiquement impossible de faire le séquençage génétique de tous les prélèvements de test positifs à la COVID-19, des méthodes de criblage ont été mises au point. Alexandre Touchette a visité cette semaine un laboratoire des Hôpitaux Shriners pour enfants, à Montréal, pour voir comment ce criblage est effectué.

  • Pourquoi des températures frigorifiques et un ciel tout bleu sont-ils si souvent indissociables? C'est la question posée par un jeune auditeur, qui découvrira en prime pourquoi il fait plus froid en janvier qu'en décembre; que la Terre est plus près du Soleil l'hiver que l'été; qu'on peut réchauffer indéfiniment, mais pas refroidir indéfiniment; et que, malgré toutes ces révélations-chocs sur le froid, au fond, le froid, ça n'existe pas!

  • Sous la noirceur d'une plateforme de glace de l'Antarctique de près de 900 mètres d'épaisseur, et à plus de 1,3 kilomètre de profondeur, des espèces animales parviennent à survivre sur un rocher au fond de l'eau. Gino Harel nous parle de cette découverte faite par un groupe de chercheurs britanniques.

  • Quand l'été arrive, les moustiques n'épargnent pas le Grand Nord canadien. Un projet de recherche a d'ailleurs permis de documenter la présence de plus en plus d'espèces en milieu nordique. Comme l'explique Gino Harel, certains de ces moustiques étaient porteurs de virus.

  • Ce sont des pêcheurs redoutables; les voilà devenus caméramans! Équipés d'appareils légers, les fous de Bassan de l'île Bonaventure fournissent aux chercheurs des images qui permettent ensuite à des algorithmes de distinguer harengs, capelans, maquereaux, lançons et sébastes grâce à l'intelligence artificielle. David Pelletier explique la teneur de ces travaux à Sophie-Andrée Blondin.

Vous aimerez aussi