•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Rattrapage du 14 juin 2020 : COVID et anticorps, baleine et Grand Nord

Rattrapage

  • De l'orbite terrestre aux profondeurs abyssales

    L'astronaute et océanographe Kathy Sullivan, première Américaine à avoir effectué une sortie dans l'espace en 1985, est aussi devenue dimanche la première à toucher le point le plus profond jamais mesuré dans les océans, à près de 11 kilomètres sous la surface. C'est depuis son navire d'expédition que cette pionnière a confié à Sophie-Andrée Blondin ses réflexions à propos de ce qui unit l'exploration des profondeurs marines à l'aventure en espace et ce qui distingue ces deux types de missions.

  • Collisions entre navires et baleines : Les explications d'Alexandre Touchette

    Le triste sort d'un jeune rorqual à bosse qui avait remonté jusqu'à Montréal vient nous rappeler les risques de collisions entre les navires et les baleines. Les résultats préliminaires de la nécropsie pratiquée sur l'animal laissent croire que celui-ci a été tué par un navire. Si la présence d'une baleine à Montréal était exceptionnelle, les causes présumées de sa mort le sont beaucoup moins. Alexandre Touchette s'est intéressé cette semaine à la prévention de ces collisions.

  • Les anticorps de la COVID-19 : Reportage de Chantal Srivastava

    Selon une équipe du Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), la capacité des anticorps à neutraliser le virus de la COVID-19 diminue après six semaines.

  • Les matières résiduelles du Grand Nord, un grand défi

    Assurer la gestion des déchets, le tri et le transport des matières recyclables dans un vaste territoire atteignable uniquement par avion ou par bateau : c'est le défi des 14 villages du Nunavik. Gino Harel résume l'état des lieux.

  • Respirez par le nez!

    « Respire par le nez » : on utilise souvent cette expression pour inciter quelqu'un à se calmer. Mais y a-t-il un fondement scientifique derrière cette imploration? La respiration nasale est-elle vraiment plus propice à la détente que la respiration buccale? Chose certaine, grâce à toute l'ingénierie physique, biologique et chimique qui se déploie dans les coulisses de notre appendice nasal, respirer par le nez, c'est meilleur pour la santé.

  • Zoonoses et autres pathogènes : doit-on avoir peur des animaux?

    C'est la transmission d'un coronavirus d'une chauve-souris à un pangolin, puis à l'humain qui serait à l'origine de cette catastrophe médicale, économique, sociale et sans doute politique. Comme la pandémie est née à l'interface entre l'humain et l'animal, doit-on revoir notre façon de cohabiter l'un avec l'autre? Notre occupation du territoire? Nos choix agricoles et alimentaires? François Renaud, du laboratoire Maladies infectieuses et vecteurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à l'Université de Montpellier, et Hélène Carabin, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en épidémiologie et une seule santé de l'Université de Montréal, en discutent avec Sophie-Andrée Blondin.

Vous aimerez aussi