•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les années lumière

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Rattrapage du 23 févr. 2020 : Disparition des bourdons, biométrie cardiaque et génomique

Rattrapage

  • L'inquiétant déclin des bourdons

    Les bourdons jouent un rôle clé dans la pollinisation, autant – sinon plus – que les abeilles. Or, en raison des changements climatiques, ils sont en train de disparaître à un rythme comparable à celui des extinctions massives d'espèces. Les explications de Chantal Srivastava.

  • Biométrie cardiaque : quand le cœur peut sécuriser nos données, mais aussi nous trahir

    Reconnaître un suspect à 200 mètres grâce à son cœur et un radar pointé sur lui ou encore déverrouiller son ordinateur à distance grâce aux battements de son cœur, c'est possible, parce que notre signature cardiaque est unique. Et notre cœur peut nous trahir. Les explications de Marie-Laure Josselin.

  • Un laboratoire de Winnipeg aux plus hauts niveaux de protection

    On y entre seulement si l'on est couvert ou couverte d'un scaphandre en caoutchouc gonflé d'air à pression positive. Le protocole de décontamination y est rigoureusement suivi. Gino Harel nous fait visiter le laboratoire de microbiologie au niveau de confinement et de sécurité de catégorie 4, à Winnipeg.

  • Quand la génomique détecte les contaminations alimentaires

    L'E. coli, la Listeria et la salmonelle ont de moins en moins de secrets pour les spécialistes du Laboratoire national de microbiologie, à Winnipeg, grâce à la génomique. Gino Harel nous présente leurs avancées.

  • Pourquoi rapetissons-nous en vieillissant?

    « Vieillir », pendant plusieurs années, ça veut aussi dire « grandir ». Mais à partir de l'âge de 40 ans, ça veut plutôt dire « rapetisser ». Et pas seulement pour notre squelette : notre cerveau et notre cœur perdent eux aussi du volume au fil du temps, contrairement à nos oreilles, nos yeux et nos pieds, qui, eux, semblent en perpétuelle expansion.

Vous aimerez aussi