•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les années lumière

Les années lumière

Avec Sophie-Andrée Blondin

Le dimanche de 12 h 10 à 14 h
(en rediffusion le dimanche suivant à 4 h)

Audio fil du dimanche 26 mai 2019

Rattrapage

  • Dans un laboratoire installé à HEC Montréal, des chercheurs étudient les effets de l'utilisation des appareils mobiles sur le degré d'attention des piétons, de même que les divers facteurs qui influencent ces effets. Les explications de Chantal Srivastava.

  • En 1919, des chercheurs britanniques ont traversé la moitié du globe pour capturer en images une éclipse totale du Soleil. Ces photos ont constitué les premières preuves de l'exactitude de la théorie de la relativité générale d'Einstein. Renaud Manuguerra-Gagné revient sur cet événement historique qui a bouleversé le monde de la physique il y a 100 ans.

  • Des robots qui marchent, qui roulent, qui volent... mais aussi des robots à porter comme un exosquelette ou à manipuler comme un bras bionique. On les côtoie au quotidien, à l'hôpital ou encore à l'usine, par exemple. Sophie-Andrée Blondin s'est rendue à l'International Conference on Robotics and Automation (ICRA), qui se tenait à Montréal cette semaine, afin de voir les dernières avancées en la matière.

  • Les responsables des budgets de recherche au Burkina Faso ne demanderaient pas mieux que de multiplier les projets pour les chercheurs de leur pays. Des ressources limitées ralentissent toutefois leurs ardeurs. Le Canada fait partie des bailleurs de fonds qui tentent de les aider à trouver des solutions.

  • Elle joue un rôle déterminant dans la vie sexuelle des coraux, des blaireaux et des grenouilles. Elle rend les hiboux plus bavards et donne parfois faim aux lions. La Lune et sa discrète lumière ont une influence insoupçonnée sur plusieurs espèces animales.

  • Le Canada est devenu cette semaine le premier pays du monde à autoriser l'administration d'hydromorphone – mieux connu sous le nom de dilaudid – à des patients dépendants aux opioïdes. Un traitement qui a fait ses preuves depuis des années, mais qui était peu attrayant pour les hommes et femmes politiques.

Vous aimerez aussi