Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du vendredi 13 octobre 2017

Délais d’intervention à Ambulance NB : « On a vraiment besoin de personnel! »

Publié le

Ambulances Nouveau-Brunswick a reçu quatre plaintes en 2016, deux en 2015 et cinq en 2014.
Ambulances Nouveau-Brunswick a reçu quatre plaintes en 2016, deux en 2015 et cinq en 2014.   Photo : Radio-Canada

Une pénurie de paramédicaux est la principale responsable des longs délais d'intervention dénoncés par les gens du Restigouche Ouest, affirme le directeur régional d'Ambulance NB pour la région du nord du Nouveau-Brunswick, Jacques Charest.

Le problème n’est pas nouveau, dit-il, mais il est très difficile à résoudre. « Ça dure depuis plusieurs années et on essaie activement de faire du recrutement. Clairement, ça ne fonctionne pas assez. »

Ambulance NB a rejeté jeudi les demandes des mairesses de Kedgwick et de Saint-Quentin, qui réclamaient notamment que deux ambulances soient affectées à tout moment dans leur région.

Selon Jacques Charest, il ne sert à rien d’ajouter une deuxième ambulance s’il n’y a pas de paramédicaux pour la faire rouler.

Pour arriver à intéresser davantage de candidats à la profession, l’agence va tenter de nouvelles approches.

Localement, on va essayer de travailler avec le district scolaire et les écoles [...], essayer de faire des présentations dans les écoles secondaires

Jacques Charest, directeur régional d'Ambulance NB pour le Nord

Les ambulances pour les urgences seulement?

Ambulance NB envisage aussi d’autres solutions pour raccourcir les délais d’intervention.

Elle s’interroge notamment sur la nécessité de faire appel à des ambulances pour transférer des patients entre hôpitaux ou entre les hôpitaux et les foyers de soins.

D’autres types de véhicules pourraient être utilisés pour ces transferts, selon Jacques Charest, de sorte que les ambulances seraient disponibles à tout moment pour répondre à des urgences.

Il reconnaît toutefois que ces solutions ne peuvent être mises en oeuvre à court terme, ce qui n’a rien de rassurant pour les résidents du Restigouche Ouest.

Des cas qui incommodent les gens du Restigouche Ouest

Depuis un peu plus d’un an, il y a eu trois cas très médiatisés de longs délais d’intervention des services ambulanciers dans cette région. Ambulance NB doit pouvoir répondre à un appel dans un délai de 22 minutes, dans 90 % des cas, en région rurale, ce qui n’a pas été respecté dans les cas rapportés.

Jacques Charest affirme que ces cas demeurent des exceptions. « Si on comprend toute la grande région du Restigouche Ouest, on a près de 1000 appels [par année]... Il y en a dix qui sont dans les médias parce que ça n’a pas bien été, mais les autres, ça a très bien été! »

Il tient toutefois à rassurer les gens du Restigouche Ouest en précisant que l’été, la pire saison pour les services ambulanciers à cause des vacances prises par les paramédicaux est terminée.

D’autre part, dit-il, des étudiants qui ont fait un stage au sein des services ambulanciers ces derniers mois seront bientôt prêts à devenir des paramédicaux à temps plein.

Chargement en cours