•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réveil / Île-du-Prince-Édouard

Avec Denis Duchesne

En semaine de 6 h à 9 h

Un bilan positif pour la première semaine des classes à l’Î.-P.-É.

Rattrapage du lundi 14 septembre 2020
Un autobus scolaire de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard

Un autobus scolaire de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Drumond

Le directeur de la Commission scolaire de langue française se réjouit du déroulement de la rentrée scolaire.

En entrevue au Réveil, François Rouleau, directeur de cet organisme qui gère les six écoles françaises de l’Île-du-Prince-Édouard, s’est dit satisfait de la première semaine des cours ainsi que de la collaboration du personnel des écoles et des parents dans ce moment de crise sanitaire.

François Rouleau reconnaît que c’est difficile de prévoir la suite de l’année scolaire, mais il se dit confiant par rapport à l’efficacité des plans mis en place dans les écoles françaises de la province.

On cherche à éviter à tout prix une deuxième vague dans nos écoles. Pour l’instant, ça va bien.

Auteur

Invité à commenter la situation des écoles de l’Alberta, du Québec et de l’Ontario, où on reconsidère déjà certaines décisions qui ont été prises, le directeur souligne que l’aspect inédit de cette rentrée scolaire représente un défi pour tous les gestionnaires des écoles.On comprend que les écoles au Québec, en Ontario et en Alberta sont un peu plus touchées, et certainement elles vont revoir leur plan, affirme-t-il.

Photo professionnelle de François Rouleau, un homme avec un complet et un chapeau.

François Rouleau, nouveau directeur général de la Commission scolaire de langue française (CSLF) de l'Île-du-Prince-Édouard

Photo : Gracieuseté

Bien que le résultat de la rentrée soit satisfaisant dans les écoles prince-édouardiennes, François Rouleau n’écarte pas néanmoins la possibilité de revoir les plans des écoles françaises de la province en cas d’une éventuelle éclosion du coronavirus dans les établissements.

Selon le directeur, la Commission scolaire de langue française et le ministère de l’Éducation de la province travaillent actuellement sur les modèles de programmation qui pourraient être offerts, en cas d’une deuxième vague.

D’après l’entrevue de Denis Duchesne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi