•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réveil / Île-du-Prince-Édouard

Avec Denis Duchesne

En semaine de 6 h à 9 h

La SNA veut plus de place aux francophones hors Québec dans la programmation nationale de Radio-Canada

Rattrapage du lundi 24 février 2020
Louise Imbeault, présidente de la Société nationale de l'Acadie.

Louise Imbeault, présidente de la Société nationale de l'Acadie.

Photo : Radio-Canada

Les observations de la Société nationale de l'Acadie (SNA) suivent dans la même lignée que celles de la FCFA.

La Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA) a aussi récemment manifesté son insatisfaction quant à la façon dont Radio-Canada couvre les communautés francophones hors Québec.

En entrevue avec la journaliste Rose St-Pierre, la présidente de la SNA, Louise Imbeault, reconnaît l’importance du travail de la Société Radio-Canada. Radio-Canada est une institution majeure pour les Acadiens et Acadiennes. C’est vraiment l’outil d’information par excellence, affirme-t-elle. Elle souligne que la Société Radio-Canada s’est engagée à réaliser une couverture qui reflète l’entièreté de la population canadienne dans sa programmation, puisque cela intègre son mandat en tant que diffuseur public.

Toutefois, Radio-Canada ne répond pas aux demandes des Acadiens et des francophones hors Québec, selon Louise Imbeault.

Radio-Canada, sur le plan de ces plateformes nationales, ne fait pas beaucoup de place aux francophones hors Québec, aux Acadiens notamment.

Louise Imbeault, présidente de la Société nationale de l'Acadie

Madame Imbeault réclame également une attention particulière au recrutement du personnel des stations situées hors Québec. À son avis, il serait nécessaire de privilégier les personnes ayant déjà des connaissances sur le milieu dans lequel elles devront travailler. Cette mesure pourrait contrer l’exode des professionnels après quelques années d’expérience en milieu minoritaire, selon elle.

Louise Imbeault souligne aussi que Radio-Canada devrait moins miser sur les cotes d’écoute.

Il y a une tyrannie des cotes d’écoute pour ce qui est de Radio-Canada.

Louise Imbeault, présidente de la Société nationale de l'Acadie

Le mémoire contenant les observations de la SNA sera déposé lors des audiences publiques pour le renouvellement de la licence de la Société.

D’après l’entrevue de Rose St-Pierre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi