•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouveaux conducteurs d'autobus scolaires dès septembre, à l'Î.-P.-É.

Le réveil / Île-du-Prince-Édouard

Avec Denis Duchesne

En semaine de 6 h à 9 h

De nouveaux conducteurs d'autobus scolaires dès septembre, à l'Î.-P.-É.

Rattrapage du vendredi 14 février 2020
Un autobus scolaire de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard

Un autobus scolaire de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Drumond

En 2019, la province a perdu un tiers de ses conducteurs suppléants.

Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard a annoncé que de 24 à 48 nouveaux conducteurs d’autobus seront à la disposition de la province pour mener les élèves à bon port dès septembre. Les nouveaux conducteurs sont actuellement en train de compléter les cours qui leur permettent d'assumer le poste. Le gouvernement a investi près de 200 000 $ dans ces formations.

En raison du nombre élevé de retraités, plusieurs conducteurs suppléants ont accepté des postes à plein temps ou d’autres emplois.

Nicole Couture assise sur le siège du conducteur dans un autobus scolaire

Nicole Couture, présidente du syndicat des conducteurs d’autobus de l’Île-du-Prince-Édouard

Photo : Julien Lecacheur

En entrevue au Réveil, Nicole Couture, la présidente du syndicat des conducteurs d’autobus de l’Île-du-Prince-Édouard, a affirmé que plus d’efforts seront nécessaires pour régler le problème de la pénurie de conducteurs d’autobus.

Ce ne sera pas assez. Il va falloir que ce soit répété pour encore quelques années pour avoir assez de chauffeurs.

Nicole Couture, lprésidente du syndicat des conducteurs d’autobus de l’Île-du-Prince-Édouard

Avec ce recrutement, la présidente du syndicat a informé que 23 conducteurs seraient prêts à entrer en service dès maintenant.

Selon madame Couture, le cours de formation des chauffeurs est assez coûteux. L’argent investi par le gouvernement aurait été un facteur déterminant pour le recrutement de ces nouveaux employés, selon elle.

Avec les informations de Denis Duchesne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi