•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peter MacKay officiellement dans la course à la direction du PC

Le réveil / Île-du-Prince-Édouard

Avec Denis Duchesne

En semaine de 6 h à 9 h

Peter MacKay officiellement dans la course à la direction du PC

Rattrapage du lundi 27 janvier 2020
Peter MacKay durant sa conférence de presse.

Peter MacKay s’est officiellement lancé samedi dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada, au Musée de l’industrie de Stellarton, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Rose St-Pierre

Un politologue analyse les défis auxquels l'ancien ministre conservateur pourrait faire face.

Peter MacKay s’est officiellement lancé, samedi, dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada, au Musée de l’industrie de Stellarton, en Nouvelle-Écosse.

Monsieur MacKay est perçu comme l’un des favoris pour succéder à Andrew Scheer.

En entrevue avec Marie-Hélène Lange, le politologue de l’Université de Moncton, Roger Ouellette, explique que Peter MacKay devra d’abord garder son parti uni.

Roger Ouellette en entrevue dans un studio de Radio-Canada

Le professeur de sciences politiques de l'Université de Moncton, Roger Ouellette, suggère aux conservateurs fédéraux de devenir plus progressistes pour gagner plus d'appuis en Atlantique et au Québec.

Photo : Radio-Canada / Kenneth Hébert

Selon lui, l’ancien ministre conservateur dans le gouvernement de Stephen Harper aura aussi pour mission d’unir les Canadiens autour d’une plateforme électorale plus progressiste sur le plan social.

Le choix de l’avortement, c’est décidé. On ne revient pas là-dessus. [...] Donc il veut vraiment faire une campagne contre monsieur Trudeau, à la prochaine élection, et il ne veut pas avoir toutes ces idées, ces débats d’arrière-garde.

Roger Ouellette, politologue de l'Université de Moncton

La capacité de Peter Mackay de s’exprimer en français fait aussi l’objet des discussions dans la scène politique. Roger Ouellette souligne que le politicien devra travailler sur son français, mais la construction de son discours demeure la clé pour remporter les prochaines élections.

Au-delà du français, c’est la mentalité aussi. [...] Tous ces signaux semblent pour le moment positifs dans ce sens.

Roger Ouellette, politologue de l'Université de Moncton

Le député ontarien Erin O’Toole entrera également dans la course pour succéder à Andrew Scheer à la tête du Parti conservateur du Canada. Il lance sa campagne ce lundi, en Alberta.

Erin O’Toole a déjà brigué le poste de chef du parti conservateur en 2017. Il a terminé troisième, derrière Andrew Scheer et Maxime Bernier.

Avec les informations de Marie-Hélène Lange

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi