Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Denis Duchesne
Audio fil du vendredi 8 novembre 2019

Sécurité des patients : le Canada au-dessous de la moyenne internationale

Publié le

Un médecin marche dans le corridor d'un hôpital.
Selon l’Institut canadien d’information sur la santé, le Canada se démarque internationalement en ce qui a trait la qualité des soins.   Photo : iStock / sudok1

Le Canada se situe sous la moyenne internationale dans 4 des 5 indicateurs liés à la sécurité des patients, selon les données de l'Institut canadien d'information sur la santé.

Selon la porte-parole de cet institut, Christina Lawand, les complications suivant une chirurgie sont beaucoup plus fréquentes au Canada qu’ailleurs.

Ils [les patients] sont deux fois plus susceptibles d’avoir un corps étranger, comme une éponge ou un instrument, qui a été laissé par erreur dans leur corps à la suite d’une chirurgie.

Christina Lawand, porte-parole de l’Institut canadien d’information sur la santé.

Selon les données de l’institut, les femmes canadiennes sont deux fois plus susceptibles de subir un traumatisme obstétrique, comme une déchirure pendant l’accouchement, que les femmes d’ailleurs dans le monde.

Néanmoins, le pays se démarque internationalement en ce qui a trait à la qualité des soins.

En général, les résultats canadiens se retrouvent dans la moyenne mondiale dans 32 des 57 indicateurs permettant de comparer la performance des systèmes de santé.

Christina Lawand, de l'Institut canadien de l’information sur la santé
Christina Lawand, de l'Institut canadien de l’information sur la santé   Photo : Institut canadien de l’information sur la santé

Selon Christina Lawand, ces indicateurs permettent d’avoir une perspective plus large sur le système canadien.

Les données permettraient aussi de mieux cerner les problèmes des établissements de soins.

D’un établissement à l’autre, les données peuvent être très différentes.

Christina Lawand, porte-parole de l’Institut canadien d’information sur la santé.

Pour madame Lawand, le système canadien est très rigoureux quant à la transparence et à la gestion des données, alors que d’autres pays ne sont pas inclus dans certains indicateurs en raison d’un manque de données à cet égard.

Avec les informations de Marc Babin et Denis Duchesne.

Chargement en cours