Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Denis Duchesne
Audio fil du mercredi 9 octobre 2019

Autobus scolaires et francisation au menu de l’assemblée annuelle de la CSLF

Publié le

Un autobus de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard.
Un autobus de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard.   Photo : Radio-Canada / François Pierre Dufault

La Commission scolaire de langue française (CSLF) a tenu, mardi soir, son assemblée annuelle, au Centre Belle-Alliance de Summerside.

À l’occasion, les représentants du conseil des parents ont fait le bilan de leurs activités et ont présenté leurs inquiétudes par rapport à la qualité du transport scolaire sur l'île. Les enfants passeraient longtemps dans l’autobus dans certaines régions.

On va améliorer notre système de transport de manière à réduire le temps que nos enfants passent dans les autobus.

Gilles Benoît, président de la Commission scolaire de langue française.
Gilles Benoît en entrevue dans son bureau.
Gilles Benoît, président de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard.   Photo : CBC

La francisation des enfants à l’île représente toujours l’un des défis auxquels la commission scolaire fait face, selon Gilles Benoît.

La commission scolaire s’est engagée à chercher plus des ressources pour encourager l’apprentissage du français. Une autre mesure envisagée par la commission serait une intervention anticipée dans la francisation des enfants. On va mettre beaucoup d’effort d’abord pour aller chercher des ressources pour ces enfants. Et voir si on ne peut pas intervenir au niveau des enfants à l’âge de 3 ou de 4 ans pour la francisation., affirme monsieur Benoît.

Lorsqu’il était temps d’aborder le procès entamé par le Conseil scolaire francophone (CSF) de la Colombie-Britannique qui se trouve actuellement en cour suprême, Gilles Benoît se dit confiant à ce sujet. Il croit que les juges recommanderont au gouvernement d’investir dans un système d’éducation plus égalitaire.

Je suis positif quand même. Je ne peux pas penser que les juges de la Cour suprême vont faire de la discrimination envers les enfants issus de la minorité [linguistique].

Gilles Benoît, président de la Commission scolaire de langue française.

La commission scolaire a fait aussi savoir qu’un comité de travail mixte a été mis en place afin de bâtir des ponts entre le ministère de l’Éducation et la commission scolaire.

Avec les informations de l'entrevue donnée à Denis Duchesne.

Chargement en cours