•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réveil / Île-du-Prince-Édouard

Avec Denis Duchesne

En semaine de 6 h à 9 h

Aucune loi pour encadrer le covoiturage commercial à l’Î.-P.-E.

Audio fil du mercredi 13 novembre 2019
une voiture uber avec le logo et quelqu'un assis au volant, on voit son bras qui sort de la fenêtre de la voiture qui est baissée.

Après examen, le gouvernement insulaire a déterminé qu'aucune modification législative n'est requise pour autoriser cette pratique.

Photo : Associated Press / Jeff Chiu

Le ministère des Transports de l'île apportera tout simplement un changement dans la classification des permis de conduire.

Pour obtenir ce permis restreint de classe 4, les conducteurs offrant des services de covoiturage commercial devront satisfaire à des exigences de base.

La province examinera aussi leur dossier de conduite avant de leur permettre d’offrir ce type de service.

Nous espérons que cela favorisera l’ouverture du marché à des solutions de transport innovatrices tout en maintenant un équilibre ce qui concerne la sécurité des conducteurs et des passagers.

Steven Myers, ministre des Transports, de l’Infrastructure et de l’Énergie, de l’Île-du-Prince-Édouard.

Les chauffeurs de taxi pourront aussi demander ce permis de conduire, sans exigence d’épreuve de conduite spéciale au volant d’un véhicule de plus grande taille conçu pour le transport de passagers.

Il sera possible de se procurer ce permis spécial à compter de décembre 2019 aux centres Accès Î.-P.-É. à Alberton, à Summerside, à Charlottetown, à Montague et à Souris.

Avec les informations de François Pierre Dufault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi