Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Denis Duchesne
Audio fil du mardi 22 octobre 2019

Bilinguisme : parfois une embûche pour décrocher un poste

Publié le

La Cité francophone d'Edmonton a accuelli une trentaine d'entreprises de la région dans le cadre d'une foire d'emploi.
Selon des spécialistes en recrutement et en placement de personnel, beaucoup d'employeurs recherchent des travailleurs bilingues pour les services à la clientèle.   Photo : Radio-Canada

La mention bilingue sur son CV et sur ses réseaux sociaux professionnels pourrait causer du tort aux personnes désirant se trouver un emploi.

Les personnes interviewées dans le cadre d’un reportage de Rozenn Nicolle, journaliste à Radio-Canada, à Toronto, se disent cantonnées à des postes qui ne correspondent pas à leurs compétences, malgré leur capacité de parler l’anglais et le français.

Un homme dans un costume bleu foncé parle à la caméra devant l'entrée de son entreprise, Source Bilingue.
Greg Benadiba travaille dans le recrutement de personnel bilingue à Toronto depuis plus de quinze ans. Photo : Radio-Canada/Francis Ferland

Selon Greg Benadiba, président de Source Bilingue, une agence spécialisée dans le recrutement et le placement du personnel bilingue, les entreprises ont un grand besoin de personnel bilingue, surtout à Toronto.

Il souligne que les immigrants nouvellement arrivés au pays doivent d’abord avoir leur expérience canadienne pour se trouver ensuite un poste dans leur domaine de compétences.

C’est vrai que si on est bilingue, le département de ressources humaines va premièrement voir si on veut être dans le service à la clientèle.

Greg Benadiba, président de Source Bilingue.

Rozenn Nicolle s’est penché sur ce sujet à la suite d’une publication faite sur un groupe de francophones sur Facebook. Un utilisateur de ce réseau social se posait la question si on devait ou non garder la mention bilingue sur son CV.

Avec les informations Rozenn Nicolle

Chargement en cours