Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Denis Duchesne
Audio fil du jeudi 17 octobre 2019

Un an de cannabis légal à l'Île-du-Prince-Édouard

Publié le

La façade d'un magasin de la société de cannabis de l'Île-du-Prince-Édouard
Une des boutiques de Cannabis Î.-P.-É.   Photo : CBC/John Robertson

Dans ce premier anniversaire, le bilan serait très positif pour le marché du cannabis, à l'Île-du-Prince-Édouard. La province a été récemment déclarée leader des ventes dans ce marché.

Dans une entrevue à CBC, le directeur de l'exploitation de la société d'État provinciale, Zach Currie, se dit assez content de la façon dont cela se passe sur l'île.

On s’attend à avoir à un profit de 300 000 dollars pour l’année.

Un homme portant des lunettes et un écran d’un ordinateur au fond avec l’inscription « Welcome ».
Directeur de l'exploitation de la société d'État provinciale pour l’Île-du-Prince-Édouard, Zach Currie, Photo : CBC/Steve Bruce

L’un des principaux objectifs de la légalisation était de remplacer le marché illégal. Toutefois, il est toujours difficile d’évaluer le succès de la légalisation, car il n’existe pas de chiffres précis sur la taille de ce marché sur l’île.

Selon Zach Currie, le cannabis légal représente de 35 à 40 % du marché total.

Une longue file d'attente devant une succursale de Cannabis.
Comme partout au pays, de longues files se sont formées devant les succursales de Cannabis à l’Île-du-Prince-Édouard, à la suite de la légalisation, le 17 octobre 2018. Photo : Radio-Canada

Des produits comestibles à base de cannabis offerts dans les magasins dès la mi-décembre

Un an après la légalisation, l’industrie du cannabis se prépare maintenant à commercialiser des produits comestibles et des breuvages à base de cette plante. Il s’agit de la deuxième étape de la légalisation qui débute aujourd’hui.

Les producteurs qui détiennent des licences fédérales peuvent désormais fournir un préavis de 60 jours à Santé Canada, s’ils souhaitent vendre des produits comestibles, des extraits ou du cannabis pour usage topique, comme des crèmes.

Les consommateurs devront donc attendre à la mi-décembre avant de pouvoir s’en procurer.

Avec les informations de Simon Coutu et de CBC.

Chargement en cours