Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Denis Duchesne
Audio fil du mercredi 16 octobre 2019

Plus d'enfants anglophones dans les maternelles francophones

Publié le

Un autobus de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard.
Un autobus de la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard.   Photo : Radio-Canada / François Pierre Dufault

Selon les chiffres obtenus par Radio-Canada auprès du District scolaire francophone Sud, au Nouveau-Brunswick, un enfant sur cinq qui entre en maternelle est anglophone. Une proportion qui peut dépasser les trois quarts des élèves inscrits en maternelle dans certaines écoles.

D'après le reportage de Margaud Castadère, ces chiffres réfèrent aux enfants qui passent le test d’entrée à la maternelle en anglais et qui sont ensuite inscrits dans une école francophone du District.

Il s'agit d'une réalité qui se ressemblerait à celle de l’Île-du-Prince-Édouard, selon un reportage fait par notre collègue François Pierre Dufault, en 2018.

Selon ce reportage, plusieurs parents d’élèves de l’École française François-Buote, à Charlottetown, ont témoigné, à l’époque, de leurs préoccupations par rapport à un manque de ressources en francisation devant la Commission scolaire de langue française (CSLF). En 2018, 39 des 52 élèves de la maternelle de cette école avaient besoin d’être francisés à différents degrés, selon des données du ministère de l’Éducation.

Dans les faits, de plus en plus d’élèves sont des ayants droit à l’éducation de langue française de deuxième génération, dont les parents ne parlent pas forcément le français. D’autres proviennent de familles exogames au sein desquelles l’anglais est la langue d’usage.

Avec les informations de Margaud Castadère et de François Pierre Dufault.

Chargement en cours