Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Richard Daigle
Audio fil du jeudi 1 juin 2017

Bois d’œuvre : des industriels de Rivière-du-Loup en Chine

Publié le

L'industrie forestière est génératrice d'emplois au Québec.
L'industrie forestière est génératrice d'emplois au Québec.   Photo : Radio-Canada

Des représentants du Groupe Lebel de Rivière-du-Loup se rendront en Chine au cours des prochains jours pour essayer de développer des marchés asiatiques.

Ils feront partie d'une délégation d'industriels québécois qui vont rencontrer plusieurs acheteurs potentiels afin de développer des occasions d'affaires en Chine.

Le pdg de l'entreprise Groupe Lebel, Frédéric Lebel, croit cependant qu'il sera difficile de percer le marché chinois :

On n’est pas très optimistes face à ça.

Frédéric Lebel, pdg de l'entreprise Groupe Lebel

« Le Québec a exporté pour 1 % du total des exportations de bois d’œuvre vers la Chine l’année passée, un pourcentage qui se ressemble d’année en année », explique Frédéric Lebel.

Travailleurs dans une scierie
Travailleurs dans une scierie Photo : Radio-Canada/Lisa-Marie Bélanger

Le pdg croit cependant que ce voyage en Chine sera une bonne occasion d'établir des liens avec d'autres industriels forestiers canadiens qui participent eux aussi à cette mission.

Une aide encourageante d'Ottawa

Par ailleurs, M. Lebel trouve encourageante l’aide de quelque 867 millions de dollars promise par Ottawa pour l’industrie du bois d’œuvre.

Il croit que ce soutien « devrait permettre de financer la taxe de 20 % d’exportation vers les États-Unis ». Frédéric Lebel affirme également que l’argent promis pour l’innovation, qui s’élève à 123 millions de dollars, est intéressant.

Selon le pdg de l'entreprise, les acteurs de l'industrie du bois d’œuvre doivent toutefois contrer le risque que les jeunes désertent ce secteur d’activité, ce qui pourrait générer une pénurie de main-d’œuvre. Ce phénomène avait été observé dans des crises précédentes.

C’est quelque chose qu’il faut absolument combattre. L’industrie a traversé différentes crises dans les dernières années et il peut y avoir un préjugé négatif.

Frédéric Lebel, pdg de l'entreprise Groupe Lebel

Chargement en cours