•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une future éducatrice et coiffeuse!

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Une future éducatrice et coiffeuse!

Rattrapage du mercredi 14 octobre 2020
Maddison Loiselle au salon de coiffure du collège Boréal.

Maddison Loiselle aime la coiffure... mais aussi les enfants! Elle envisage une carrière dans les deux domaines: de jour en éducation spécialisée, et dans ses temps libres comme coiffeuse.

Photo : Radio-Canada / Frederic Projean

Tiraillée entre une carrière en éducation à la petite enfance et son intérêt pour la coiffure, Maddison Loiselle n'a finalement même pas eu à trancher : elle étudie tout simplement dans les deux domaines!

Le résultat, c'est que d'ici quelques années si tout va bien, la jeune femme prévoit travailler de jour pour aider au développement des enfants, et consacrer ses soirées et ses fins de semaine à son passe-temps préféré, possiblement à son domicile.

Le Matin du Nord l'a rencontrée au salon de coiffure du Collège Boréal, à Sudbury.

Il ne lui reste que quelques semaines avant d'obtenir son diplôme en coiffure.

Elle a aussi déjà terminé une année en technique d'éducation.

J'aime les deux. C'est pour ça que je ne pouvais pas faire un choix!

Maddison Loiselle, apprenante au Collège Boréal
23a6bbe7551845db9d559e693d71e558

Maddison Loiselle

Photo : Radio-Canada / Frederic Projean

Partagée

En classe avec les bambins, Maddison Loiselle aime sentir qu'elle peut faire une grosse différence dans leur vie, dans un court laps de temps.

Quand elle cède la place à la coiffeuse en elle, l'apprenante originaire de Sudbury peut alors davantage laisser ressortir son côté plus créatif.

En temps de pandémie

Le confinement généralisé au début de la pandémie a démontré selon Maddison Loiselle et selon son enseignante Monique McDonald, à quel point les coiffeurs et les coiffeuses sont nécessaires... et très appréciés!

La popularité du programme de coiffure du collège demeure stable.

Selon Monique MacDonald, le programme pourrait accueillir davantage d'étudiants : il n'y en aura jamais assez pour combler tous les besoins dans l'industrie de la coiffure dans le nord, dit-elle.

Son programme a dû faire quelques modifications en temps de pandémie : son groupe a été scindé pour assurer un bon espacement entre les apprenants, la théorie s'apprend davantage à distance, le nettoyage des chaises est encore plus rigoureux, et le nombre de clients au salon de coiffure du collège est limité.

dcbe993a98a24c9591467316b71f1d40

Maddison Loiselle

Photo : Radio-Canada / Frederic Projean

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi