•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>J’en perds mes mots</em>&nbsp;:&nbsp;premier balado d’ONFR+

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

J’en perds mes mots : premier balado d’ONFR+

Rattrapage du mardi 23 février 2021
L’image promotionnelle du balado J« J’en perds mes mots »

Le premier épisode du balado « J’en perds mes mots » est diffusé dès aujourd’hui.

Photo : Facebook/tfoONfr

Avec son premier balado J'en perds mes mots, ONFR+ fait une entrée en force dans le monde de la baladodiffusion.

Une réalisation d’Aimé Majeau Beauchamp, J’en perds mes mots propose une série d’enquêtes socioculturelles sur divers enjeux liés à la langue française. Au-delà des particularités du français en tant que tel, la série pose des questions fondamentales sur la nature même des mots et du langage.

Mettre la table en parlant de la non-binarité

Diffusé sur les plateformes principales de baladodiffusion dès aujourd’hui, le premier épisode de J’en perds mes mots explore les défis liés à l’expression de la non-binarité au sein d’une langue genrée comme le français.

Étant iel-même une personne non-binaire, Aimé Majeau Beauchamp raconte son histoire avec l’appui d’enregistrements personnels et d’entrevues auprès de linguistes non-binaires et d’artistes bispirituels.

L’ensemble est présenté à l’aide d’un environnement sonore travaillé qui a recours à de multiples effets et un accompagnement musical original signé Mehdi Cayenne.

Les prochains épisodes feront davantage de place aux autres membres de l’équipe du balado qui partageront les fruits de leurs enquêtes avec Aimé Majeau Beauchamp, qui agit aussi comme animateurice de la série.

L’entrevue avec Aimé Majeau Beauchamp a été présentée en deux parties.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi