•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections en Ontario en 2022 : les partis commencent à y penser

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Élections en Ontario en 2022 : les partis commencent à y penser

Rattrapage du mardi 23 février 2021
Une pancarte indiquant le lieu du bureau de scrutin

La prochaine élection générale en Ontario aura lieu le 2 juin 2022.

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Marier

Le prochain scrutin général en Ontario semble probablement loin dans l'esprit des électeurs, pourtant les partis politiques commencent à y songer.

C'est notamment le cas du Parti libéral qui vient de lancer un nouvel outil de consultation : #Prendre le micro.

Selon le chef de cette formation politique, Steven Del Duca, pour la première fois depuis longtemps, la direction du parti écoutera simplement la population.

C’est intéressant de l’entendre dire on va vous écouter, mais il y a déjà eu un travail de planification de fait et là, on veut écouter les gens, mais sur des thèmes bien précis, dit la politologue Geneviève Tellier de l’Université d’Ottawa.

Les campagnes électorales sont des machines très sophistiquées, selon elle. Elle explique que, pour la plupart des partis, les plates-formes sont documentées et chiffrées et que déjà les stratèges y travaillent.

Avec moins de10 députés, les Libéraux partent de loin.

La politologue regarde la caméra

Geneviève Tellier, politologue à l’Université d’Ottawa

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Toutefois, dit Mme Tellier, la pandémie a ses bons et ses mauvais côtés.

C’est très dur de mettre en place une stratégie de recrutement et de visibilité, explique-t-elle. Par contre, la crise a mis en relief beaucoup de problèmes en matière de politique publique.

Elle cite en exemple les soins de longue durée.

Quant à la popularité du premier ministre Doug Ford, Geneviève Tellier fait remarquer que sa cote commence à baisser alors qu’il demeure impassible au sujet de l’équilibre budgétaire et de son manque de transparence.

Elle croit que l’empathie du début sera moins présente, au fur et à mesure que la crise s’atténuera.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi