•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vaccins attendus avec impatience alors que la santé mentale chez les aînés se détériore

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Des vaccins attendus avec impatience alors que la santé mentale chez les aînés se détériore

Rattrapage du jeudi 14 janvier 2021
Une infirmière vaccine une personne âgée.

Les résidents et travailleurs des centres de soins de longue durée du Nord de l'Ontario seront parmi les premiers à être vaccinés contre la COVID-19.

Photo : iStock

Un peu plus tôt cette semaine, Doug Ford promettait que tous les résidents et travailleurs des centres de soins de longue durée de la province recevraient une première dose du vaccin contre la COVID-19 d'ici le 15février.

Pour la Fédération des aînés et des retraités francophones de l’Ontario (FARFO), il s’agit d’une très bonne nouvelle qui vient donner courage et espoir dans un milieu gravement touché par la pandémie.

À l’heure actuelle, 40 % des résidences pour personnes âgées de la province sont touchées par une éclosion de la COVID-19. Gilles Fontaine, directeur général de la FARFO, n’est pas surpris de constater que la situation ne s’est pas améliorée après la première vague.

Il y a eu des améliorations à court terme, mais fondamentalement, on n’a pas changé la structure et c’est encore un système qui paye pour ses faiblesses.

Gilles Fontaine, directeur général de la Fédération des aînés et des retraités francophones de l'Ontario

Avec l’état d’urgence prolongé en Ontario, l’isolement des personnes âgées en préoccupe plusieurs. L’isolement fait que le moral baisse. Les problèmes de santé mentale chez les aînés sont aggravés dans une période [comme celle-ci], explique M.Fontaine.

C’est une réalité qu’a observée Carole Cloutier chez certains aînés de sa région. La coordonnatrice du programme Vieillir chez soi de Smooth Rock Falls explique que l’organisme a mis en place, dès le début de la pandémie, des programmes comme la livraison d’épicerie, des appels téléphoniques quotidiens et des rencontres virtuelles pour briser l’isolement des personnes âgées.

Ce n’est pas facile. On n’est pas capable de rejoindre tout le monde, surtout les gens qui n’ont pas accès à la technologie.

Carole Cloutier, coordonnatrice du programme Vieillir chez soi de Smooth Rock Falls

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi