•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parler de son expérience de dépendance pour aider les autres

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Parler de son expérience de dépendance pour aider les autres

Rattrapage du jeudi 7 janvier 2021
Un homme dans une capsule vidéo sous de l'écriture.

Dan St-Jean répond à des questions de membres de familles inquiets lors d'une vidéo diffusée le 3 janvier 2021.

Photo : Radio-Canada

Après 23 ans de lutte contre la dépendance, Dan St-Jean, originaire d'Iroquois Falls, partage, sous forme de vidéos sur Facebook, des renseignements, des conseils et des mots d'encouragements pour aider ceux qui vivent une situation semblable. Ses vidéos sont notamment partagées sur les pages de certaines organisations qui luttent contre la crise des opioïdes, comme la page Silent No more.

Les réactions à la démarche de Dan St Jean sont très nombreuses car ses mots résonnent auprès de ceux qui souffrent de dépendance et auprès de leur famille.

Une femme m’a envoyé un message en pleurant, elle m’a dit, une fois qu’elle a arrêté de pleurer, que son fils qui est décédé de drogues, elle peut voir son fils à travers de moi. Elle se sent plus proche de son fils grâce à moi. Wow, c’est pour ça que je fais ce que je fais.

Dan St-Jean

M. St-Jean utilise son expérience et son parcours difficile pour aider les gens qui luttent contre la dépendance. Il veut les encourager à en parler et à participer aux programmes d'aide tels que les Alcooliques Anonymes. Dan raconte que ses problèmes de dépendance ont commencé lorsque, à 18 ans, il quitte la communauté d’Iroquois Falls pour s’établir à Ottawa avec, pourtant, un excellent emploi. Il constate que, à cette époque, la drogue contrôlait ses décisions.

À 25 ans, Dan St-Jean cherche de l’aide dans le nord de l'Ontario. Lors d'une visite dans un centre de désintoxication de Sudbury, il rencontre Michel, un homme qui le prend alors par la main et le guide vers le rétablissement. En assistant à ses premières rencontres dans les groupes d'alcooliques anonymes, Dan comprend rapidement qu’il existe des gens qui comprennent ses difficultés. C’est la conversation qu’il tente d'initier aujourd'hui en publiant ses vidéos. Selon lui, la discussion ouverte est bien plus bénéfique que l'anonymat.

Les temps ont changé et, si je n’avais pas honte quand j’étais dehors en train d'user, en train de voler, pourquoi j’aurais honte de parler aux gens, de dire que je suis en rétablissement et de dire aux gens que ça marche?

Dan St-Jean

Dan St-Jean espère pouvoir partager son message dans les centres de réhabilitation du Nord de l’Ontario, dès la fin de la pandémie. Aider les gens, c’est ce qu’il aime faire. Il veut transmettre le message qu'il faut continuer d’avoir de l’espoir parce que l'espoir est beaucoup plus facile à digérer que le regret.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi