•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Quatre heures par jour: la quête d'une députée pour améliorer la qualité de vie des aînés

Rattrapage du mercredi 28 octobre 2020
Une femme tient un pancarte sur laquelle on voit une photo de ses parents avec l'inscription "Justice for my parents". Derrière elle, on peut voir l'Assemblée législative au loin.

Des proches d'aînés qui sont morts dans des foyers de soins de longue durée manifestaient devant Queen's Park le 23 juin 2020.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

France Gélinas ne se décourage pas et espère que cette fois-ci sera la bonne. La députée néo-démocrate revient à la charge avec un projet de loi qui garantirait au moins quatre heures de soins par jour aux résidents des établissements de soins de longue durée en Ontario.

Les soins de longue durée ont fait les manchettes pour les mauvaises raisons, explique-t-elle.

La députée indique qu’au moins 16 rapports différents ont recommandé un seuil minimum de soins aux aînés frêles.

France Gélinas accorde une entrevue.

La critique en matière de santé, France Gélinas, demande de meilleures conditions pour les travailleurs des foyers de soins de longues durées et les résidents.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

À l'échelle du pays, l’Ontario est l'une des provinces qui accorde le moins de temps de soins aux patients des établissements de soins de longue durée, affirme France Gélinas.

Les données ontariennes sont inexistantes quant au nombre réel d’heures de soins donnés dans la province.

On demande toutes sortes de choses comme la température de la soupe, mais l’on ne demande pas quelque chose de base, comme ceci, ironise France Gélinas.

Deux bains par semaine

Selon Mme Gélinas, il existe beaucoup de soins minimaux à pourvoir.

La main d'une jeune personne sur la main d'une personne âgée appuyée sur une canne.

1990 résidents dans des maisons de soins de longue durée ont perdu la vie depuis le début de la pandémie en Ontario.

Photo : Carmona Guerrero

D’avoir de la nourriture, aller à la salle de bain, d’avoir un bain, de te brosser les dents, on parle de la base, dit-elle. Et personne n’a le temps en raison du manque d’employés.

Après six tentatives pour faire adopter le projet de loi, France Gélinas demeure optimiste, indiquant que des groupes pro-Ford qui ne l’appuyaient pas auparavant donnent maintenant leur soutien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi