•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Des trucs pour éviter les dérapages dans les groupes Facebook

Rattrapage du mardi 20 octobre 2020
Une personne écrit un message via Facebook sur son cellulaire

Il existe des solutions pour éviter le dérapage dans les groupes sur Facebook.

Photo : Associated Press / Wilfredo Lee

Des défis de taille peuvent se poser pour les administrateurs de groupes sur des plateformes comme Facebook. Certains groupes voient le nombre de membres augmenter de façon exponentielle, et il n'est pas toujours évident de modérer les commentaires.

Carole Lafrenière-Noël est l’une des administratrices du populaire groupe Franco-Ontariens du Nord de l’Ontario.

Une femme avec un chapeau sous le soleil dans un festival.

Carole Lafrenière-Noël est un des administrateurs de la page Facebook « franco-ontariens du Nord de l’Ontario.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Elle est modératrice pour ce groupe depuis huit ans, et selon Mme Lafrenière-Noël, la majorité des membres font preuve de respect.

J’ai suivi beaucoup de médias sociaux, dit-elle. Ça part et c’est agressif. On a eu des instants de cela, mais je dirais que c’est plutôt l’exception que la règle.

Et selon Carole Lafrenière-Noël, les commentaires négatifs n’ont rien à voir avec le type de groupe ou d’articles publiés.

J’ai l’impression qu’entre Franco-Ontariens, nous avons plus de retenue que d’autres gens, c’est mon impression personnelle, précise-t-elle.

Quand ça devient agressif, comme à l’époque des compressions de Doug Ford envers les francophones, le nombre de membres est passé d’environ 3000 à 11 000, dit Mme Lafrenière-Noël.

Elle a dû publier un message, demandant à certains de ralentir les ardeurs, tellement certains messages étaient injurieux. Il est arrivé dans certains cas que Carole Lafrenière-Noël devait retirer et désactiver les commentaires

Une ligne à ne pas franchir

La spécialiste en stratégie de communications numériques et médias sociaux Nellie Brière estime, pour sa part, que l’accessibilité relativement facile à divers groupes fait partie du problème.

Il n’y a pas de légitimité ni d’imputabilité dans ces groupes, explique Mme Brière.

Selon elle, il faut mettre en place une culture et bien se préparer avant de lancer un groupe de discussion Facebook.

Logo de Facebook sur ordinateur et sur telecphone cellulaire

Mme Brière croit important que des règles soient établies pour éviter le dérapage dans les groupes de discussion Facebook.

Photo : Getty Images / Justin Tallis

Si on laisse le groupe trop ouvert, et que sa raison d’être n’est pas bien établie [...] c’est là qu’il peut y avoir des dérapages.

Nellie Brière, spécialiste en stratégie de communications numériques et médias sociaux

Mme Brière recommande d’établir clairement les règles.

Des gens fâchés ont même créé des groupes parallèles, car ils se sentaient muselés, a-t-elle expliqué.

De nouveaux règlements pour Facebook

Des outils aideront les bénévoles à modérer les groupes.

Les robots modérateurs de Facebook sont déjà entrés dans des groupes, dit Mme Brière.

Elle cite en exemple des commentaires anonymes qui ne seront pas associés à un profil directement.

La personne sera moins vulnérable et plus difficile à retracer sur les réseaux sociaux, explique-t-elle.

Les groupes pourront aussi décider de la photo et de la présentation de la page Facebook.

Ce ne sera pas votre profil qui sera dans le groupe, dit Mme Brière. Il s’agira d’une version de votre profil adapté au groupe, permettant de protéger un peu plus leur vie privée (les administrateurs) dans les communautés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi