•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Yo mobile : quand un autobus et son conducteur font toute la différence

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

La Yo mobile : quand un autobus et son conducteur font toute la différence

Rattrapage du lundi 19 octobre 2020
Mario Dussault et sa Yo Mobile

Mario Dussault et sa Yo Mobile

Photo : Radio-Canada / Hugo Lavoie

Une demande deux fois plus grande que par les années passées, des gens en état de surdose, moins de bénévoles : Mario Dussault, le fondateur de la Yo mobile, reprend cet hiver sa vocation, celle de venir en aide aux plus démunis de sa ville.

En deux fins de semaine, l'autobus converti en salle à manger a accueilli presque autant de gens que lors de sa première année en service, il y a 10 ans. Il a servi 405 personnes au cours de la fin de semaine dernière avec l'aide d'une seule bénévole, en raison de la pandémie qui empêche les regroupements de bénévoles. Mario Dussault doit également limiter le nombre de personnes à l'intérieur de l'autobus à 4, alors que l'an dernier il pouvait accueillir jusqu'à 16 personnes en même temps.

Ça fait pitié. Même les clients que j'ai dans le bus, j'en ai beaucoup de perdus.

Mario Dussault, fondateur de la Yomobile à Timmins

Mario Dussault est aux premières loges lorsqu'il s'agit de voir de près les ravages de la crise des opioïdes. En une seule fin de semaine, il affirme avoir été témoin de 7 personnes en état de surdose, dont 3 personnes qui en sont mortes.

Selon des statistiques présentées durant une récente rencontre d'intervenants et d'élus, Timmins avait, en 2019, un ratio de 46,8 décès dus aux surdoses d’opioïdes par 100 000 habitants alors que la moyenne provinciale était de 12,1 décès par 100 000 habitants la même année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi