•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment la construction de véhicules électriques peut-elle bénéficier au nord de l'Ontario ?

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Comment la construction de véhicules électriques peut-elle bénéficier au nord de l'Ontario ?

Rattrapage du jeudi 15 octobre 2020
Une voiture électrique en train d'être chargée le 28 septembre 2020 à Rexton au Nouveau-Brunswick.

La recharge d'une voiture électrique.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Alors que le gouvernement fédéral et la province investissent dans la production de voitures électriques, le nord l'Ontario pourrait aussi en tirer des bénéfices.

Du cobalt, du nickel ou encore du cuivre, ces éléments essentiels à la fabrication de batteries pour des voitures électriques se retrouvent en abondance dans le sous-sol du nord de l’Ontario.

Le nickel de première qualité nécessaire aux voitures électriques se trouve difficilement ailleurs sur la planète, explique Jean-Charles Cachon, professeur titulaire à la Faculté de gestion de l'Université Laurentienne.

Malgré le potentiel des sous-sols ontariens, l’entreprise étrangère Ford [qui a bénéficié du financement provincial et fédéral] va surtout chercher à minimiser ses coûts, plutôt que de privilégier les mines de la province, nuance le professeur Cachon.

Afin de réduire ses coûts, les entreprises se tournent vers des mines à l’étranger, comme le Congo, où 70% de la production mondiale de cobalt y est extraite.

La demande auprès des mines de l’Ontario pour la construction de voitures électriques dépendra de leur compétitivité, mais aussi de la qualité des voitures électriques proposées sur le marché, conclut le professeur Jean-Charles Cachon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi