•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Survivre au trouble du stress post-traumatique

Rattrapage du mardi 22 septembre 2020
Une ambulance est garée dans un garage.

Une ambulance du district de Cochrane, dans le nord-est de l'Ontario

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

Le trouble du stress post-traumatique ne se limite pas aux anciens combattants. Marcel Martel, un ancien ambulancier, a vu sa vie changer après que son travail eut laissé d'importantes séquelles psychologiques.

M. Martel, qui a été ambulancier pendant 21 ans dans la région de North Bay, a dû aller chercher de l’aide, puis changer de carrière après avoir réalisé qu’il n’allait pas bien.

J’ai juste continué à travailler parce que c’était l’emploi que j’ai choisi, c’était ma carrière, mais après un certain temps, avec l’accumulation d’autres accidents qui ont eu un effet traumatique, je n'étais plus capable de travailler.

Marcel Martel, ancien ambulancier et conférencier sur le stress post-traumatique

Après s’être réveillé un matin pour travailler et avoir commencé à pleurer de façon incontrôlable, M. Martel s’est rendu compte qu’il souffrait du stress post-traumatique.

Ce qui était le plus difficile pour lui était de vivre avec la crainte de paraître faible aux yeux des autres.

Marcel Martel travaille désormais dans le domaine de la construction. Il donne néanmoins des conférences dans les collèges à des élèves qui étudient pour devenir ambulanciers et qui, selon lui, ne sont pas préparés à vivre ce genre de situations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi