•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

La Journée de la dualité linguistique dans la fonction publique sous la loupe d’une spécialiste du bilinguisme

Rattrapage du jeudi 10 septembre 2020
Affichette de bureau qui indique un service dans les deux langues officielles.

Le deuxième jeudi de septembre est depuis 2009 la Journée de la dualité linguistique.

Photo : Radio-Canada

C'est l'ancien greffier du Conseil privé, Wayne G. Wouters qui en 2009, a désigné le deuxième jeudi de septembre « Journée de la dualité linguistique » .

Cette journée donne l'occasion aux organisations fédérales de promouvoir la dualité qui est présente dans un pays qui se veut bilingue.

Valérie Lapointe-Gagnon, professeure à la Faculté Saint-Jean de l'Université de l'Alberta et auteure du livre "Panser le Canada : Une histoire intellectuelle de la commission Laurendeau-Dunton" croit que la dualité linguistique dans l’appareil gouvernemental fédéral est souvent à sens unique.

Ceux qui en souffrent (...) sont les francophones qui se voient obligés, pour bien passer auprès de leurs gestionnaires, de travailler en anglais alors qu’ils ont été embauchés dans des unités bilingues et dans des postes bilingues.

Valérie Lapointe-Gagnon, professeure à la Faculté Saint-Jean de l'Université de l'Alberta

Le Commissariat aux langues officielles définit la dualité linguistique comme étant la présence de deux groupes linguistiques majoritaires qui coexistent dans un pays où les communautés de langue minoritaire sont réparties sur tout le territoire.

Madame Lapointe-Gagnon croit que la dualité linguistique est réalisable si l’on est flexible dans notre manière de la concevoir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi