•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des bouteilles Tupperware remises à 2 000 élèves du nord de l'Ontario

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Des bouteilles Tupperware remises à 2 000 élèves du nord de l'Ontario

Rattrapage du mercredi 29 juillet 2020
Bouteilles d'eau en plastique à côté d'un sac d'école.

Des bouteilles d'eau semblables à celles-ci seront distribuées à travers le nord de l'Ontario, à temps pour la rentrée scolaire.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

Plus de 2000 bouteilles d'eau réutilisables en plastique seront remises aux élèves d'écoles dans le nord-est de l'Ontario à la rentrée scolaire, grâce au travail de quatre amies conseillères en produits Tupperware.

Michèle Minor-Corriveau a eu l'idée de cette collecte en voyant sur les médias sociaux une campagne semblable et a invité ses amies conseillères Manon Robillard, Sylvie Falardeau, et Chantal Castonguay à se joindre à elle.

L'objectif initial de vendre 300 bouteilles a rapidement été dépassé, et la campagne n'est pas terminée.

L'objectif, c'est de fournir à autant d'élèves que possible une bouteille d'eau qui pourrait leur servir pour toute l'année, parce que c'est un produit qui peut durer longtemps.

Michèle Minor-Corriveau, une des organisatrices de la campagne.
Image prise en studio à Radio-Canada Sudbury. Mme Minor-Corriveau porte une de ses créations entre les mains.

Michèle Minor-Corriveau, professeure d'orthophonie à l'Université Laurentienne et artisane pour son entreprise Créations Moutons Blancs

Photo : Radio-Canada / Eric Robitaille

Covid et Tupperware?

La vente de produits Tupperware est simplement un passe-temps pour Michèle Minor-Corriveau.

Si elle craignait que la pandémie la prive de ventes, notamment en l'absence de présentation dans les maisons, c'est plutôt le contraire qui s'est produit.

Tout le monde a connu une hausse, surtout en mai. On a eu des ventes incroyables à travers le monde, comme on n'en a jamais eu. Mais on est contentes!

Michèle Minor-Corriveau, professeure d'orthophonie à l'Université Laurentienne et artisane pour son entreprise

Mme Minor-Corriveau avoue que la crise sanitaire l'a forcée à sortir de sa zone de confort, et à utiliser les plateformes numériques comme Zoom pour rencontrer ses clients potentiels et faire ses présentations.

Ce format a tellement bien fonctionné qu'elle croit que cette formule se poursuivra même après la pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi