•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pilules contraceptives et leur impact sur la santé mentale

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Les pilules contraceptives et leur impact sur la santé mentale

Rattrapage du jeudi 23 juillet 2020
Boîtier de pilules contraceptives.

Découverte fondamentale du XXe siècle, la pilule contraceptive permet à la femme de se réapproprier son corps et de redéfinir son rôle au sein de la société.

Photo : Radio-Canada

On connaissait certains impacts de la pilule contraceptive sur la santé physique des femmes. Une nouvelle étude nous en apprend cette fois davantage sur son effet sur le cerveau et sur la santé mentale des femmes.

L'étude a été réalisée à l'Université d'Ottawa, et pourrait aider à expliquer pourquoi certaines femmes développent des troubles de l'humeur après l’utilisation de contraceptifs oraux.

Ce qu'on a découvert, c'est que suite à l'utilisation de la pilule contraceptive, on voit des différences assez importantes sur la structure et le fonctionnement du cerveau. On a vu une diminution de la matière grise dans plusieurs régions du cerveau, la matière grise étant celle qui comprend les neurones.

Nafissa Ismail, Professeure agrégée de psychologie à la Faculté des sciences sociales de l’Université d'Ottawa et titulaire de la Chaire de recherche de l’université sur le stress et la santé mentale.
Une femme en tailleur bleu

Les psychothérapeutes notent déjà une augmentation de la consommation d’alcool et de substances psychoactives chez certains travailleurs de la santé pour « tenter de gérer le stress », selon Nafissa Ismaïl.

Photo : Avec l'aimable autorisation de Nafissa Ismaïl

Grossesses

Le but de l'étude n'est pas de décourager les femmes à utiliser la pilule contraceptive, s'empresse d'ajouter la chercheure.

Ses avantages, entre autres pour empêcher la grossesse, ne font aucun doute, souligne Mme Ismail.

On espère que peut-être nos données dans le futur vont pouvoir aider au développement d'autres contraceptifs oraux qui auraient peut-être des hormones synthétiques différentes qui auraient moins d'effet sur l'humeur et le fonctionnement du cerveau.

La nouvelle étude vise davantage à informer les femmes sur les autres options qui peuvent leur être offertes en matière de contraceptifs, précise la chercheure de l'Université d'Ottawa.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi