•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des urgences bondées depuis le déconfinement

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Des urgences bondées depuis le déconfinement

Rattrapage du mardi 30 juin 2020
Un homme portant un masque marche près de l'hôpital Horizon Santé-Nord.

Horizon Santé-Nord fait face à une augmentation de sa clientèle à l'urgence.

Photo : CBC/Erik White

Les patients sont de retour en grand nombre dans les salles d'urgence des grands hôpitaux du Nord de l'Ontario. Après une baisse de fréquentation au pire de la pandémie, les hôpitaux doivent maintenant adapter leur salle d'attente.

Par exemple, à Horizon-Santé-Nord, la salle d'attente avait une soixantaine de places avant la crise sanitaire.

Maintenant, elle ne peut accueillir qu'une vingtaine de personnes.

La crise a changé la façon de gérer l'urgence, souligne le Dr Rob Lepage, directeur de l'urgence.

Ça a été un gros défi pour la salle d'urgence. Il a fallu changer la façon qu'on pratique la médecine d'urgence. Il a fallu développer plusieurs directives. Et à mesure qu'on voyait plus de patients, c'était un gros challenge!

Dr Rob Lepage, directeur de l'urgence, Horizon Santé-Nord
Un homme dans un corridor d’hôpital

Le Dr Lepage est urgentologue depuis 30 ans dans le Grand Sudbury.

Photo : CBC/Erik White

Thunder Bay

Au Centre régional des sciences de la santé, à Thunder Bay, la situation est similaire. Le volume de patients a considérablement augmenté au fil des semaines.

D'une centaine de patients par jour au début de la pandémie, on a repris un rythme de 220 à 240 visites par jour dernièrement.

Les gens craignaient de venir à l'urgence en raison de la pandémie. Parfois, ils ont attendu trop longtemps, et on les prend au moment où leurs problèmes de santé sont plus graves.

Jean Bartkowiak, président et directeur général du Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay

40% moins d'espace

Jean Barktoviak précise que l'urgence du Centre régional des sciences de la santé est considérée comme une « zone chaude »: tous les patients sont traités comme s'ils étaient atteints de la COVID-19.

Ils sont pris en charge très rapidement par le personnel, qui ne ménage pas ses efforts en matière de sécurité.

M. Bartkoviak estime que 40% de l'espace clinique est maintenant inutilisé, question d'assurer la distanciation physique.

Avant la pandémie, on pouvait voir près de 300 patients par jours. Avec 40% d'espace de moins, il a fallu trouver des manières de trier les patients plus rapidement ou les diriger vers d'autres ressources.

Jean Bartkowiak, Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay
Jean Bartkowiak, PDG Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay

Jean Bartkowiak, PDG Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay

Photo : Radio-Canada / CBC

Ne pas hésiter

Tant à Sudbury qu'à Thunder Bay, les dirigeants des deux hôpitaux lancent le même message: n'hésitez pas à aller à l'hôpital si le besoin s'en fait sentir.

C'est important: la salle d'urgence est très sécuritaire, souligne le Dr Lepage. On ne veut pas infecter personne. On ne veut pas que le personnel, médecin et infirmière soit infecté. On porte des masques, on se protège et on protège les patients.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi