•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faudrait-il moins financer les services policers ?

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Faudrait-il moins financer les services policers ?

Rattrapage du vendredi 5 juin 2020
Homme aux cheveux blancs et portant des lunettes en entrevue devant la caméra.

Jean-Claude Bernheim, expert en criminologie et chargé de cours à l'Université de Saint-Boniface

Photo : Radio-Canada

Jean-Claude Bernheim est criminologue et chargé de cours à l'Université de Saint-Boniface à Winnipeg. Selon ce spécialiste des centres de détention, il est compréhensible qu'une réduction de financement de la police soit exigée de la population. Il croit toutefois que ce n'est pas l'unique solution pour faire avancer le dossier de la brutalité policière.

Selon M. Bernheim, les comportements qui sont criminalisés dans notre société sont souvent ceux de personnes se trouvant en situation défavorable. Il estime donc logique qu’une part du financement de la police soit investi dans la prévention et les services communautaires. D’après le criminologue ce sont les principes de base du système policier qu’il faut remettre en question. Il explique que le fait que les agents ne soient pas imputables et donc qu’il ne soient pas tenus responsables de leurs actes est le véritable enjeu.

Les policiers ne sont pas imputables personnellement pour les actions qu’ils mènent et c’est sur ça que devrait se poser l'opinion du public (...) car en théorie la loi s'applique à tous, y compris les policiers.

Jean-Claude Bernheim est criminologue et chargé de cours à l'Université de Saint-Boniface à Winnipeg

M. Bernheim soutient que l’on donne des pouvoirs exorbitants aux policiers et qu’il est donc urgent de réévaluer l'institution policière et les autres rouages du système judiciaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi