•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Comité ontarien sur la Confédération : dans les jeux de coulisse de l'Ontario français

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Le Comité ontarien sur la Confédération : dans les jeux de coulisse de l'Ontario français

Rattrapage du mercredi 26 février 2020
Le professeur adjoint au département d'histoire de l'Université Laurentienne aux studios de Radio-Canada à Sudbury

Le professeur adjoint au département d'histoire de l'Université Laurentienne

Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

CHRONIQUE | C'est en 1965 que le premier ministre ontarien de l'époque, John Robarts, met sur pied un comité d'experts dans le but ultime de préparer l'avenir de la Confédération.

Deux Franco-Ontariens font partie de ce comité d'une quinzaine de personnes. Il s'agit de Roger N. Séguin, président de l'ACFÉO et ancien grand chancelier de la Patente, l'Ordre de Jacques-Cartier, ainsi que du recteur de l'Université de Sudbury de l'époque, Lucien Matte.

La Révolution tranquille au Québec et la Commission Laurendeau-Dunton sur le bilinguisme et le biculturalisme sont l'occasion pour John Robarts de créer ce comité d'experts pour l'aviser des politiques à prendre pour sécuriser l'unité nationale, selon le professeur adjoint au département d'histoire à l'Université Laurentienne, Serge Miville.

Le chercheur et titulaire de la Chaire de recherche en histoire de l'Ontario français s'intéresse au Comité ontarien sur la Confédération pour une raison en particulier : il veut mieux comprendre cette époque charnière de l'histoire franco-ontarienne. Je voulais noter l'importance des jeux de coulisse pour l'Ontario français. Il y a depuis longtemps une importante lutte qui s'opère derrière les portes closes et dont on n'entend jamais parler, affirme-t-il.

D'ailleurs, selon Serge Miville, rares sont les études qui vont à l'intérieur de l'appareil du gouvernement provincial pour constater l'influence des Franco-Ontariens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi