Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Laberge avec une chemise grise et un pantalon noir
Audio fil du jeudi 7 novembre 2019

Cheik et Georges unis par le basketball

Publié le

Georges Serresse et Cheik Sangaré dans un gymnase. Georges tient un basketball.
Georges Serresse et Cheik Sangaré ont fait connaissance en jouant au basketball.   Photo : Radio-Canada

Le quatrième jumelage de la Semaine nationale de l'immigration francophone rassemble deux passionnées du basketball.

Originaire de la Côte d’Ivoire, Cheik Sangaré s’est établi à Sudbury il y 3 ans pour étudier à l’Université Laurentienne. Il a retrouvé le Sudburois Georges Serresse, joueur de basketball professionnel pour le Sudbury 5.

Cheik Sangaré a tenté sa chance de se joindre à l’équipe de basketball de l’université, mais n’a malheureusement pas été retenu. Il a profité de son temps avec Georges pour parler des défis qu’il vit comme immigrant francophone dans la communauté de Sudbury.

C’est compliqué de se retrouver. Il fait froid, c’est différent déjà en température et ce n’est pas vraiment ma langue natale donc je suis obligé de m’habituer à apprendre l’anglais à fur et à mesure et faut se débrouiller un peu tout seul quand même, sans parents, donc ce n’est pas facile.

Cheik Sangaré

Georges Serresse partage un peu son vécu à son tour. Il raconte qu’il s’est intéressé au sport alors qu’il était en 6e année. À cette époque, il a dû, lui aussi, s’intégrer dans la communauté.

J’ai grandi en tant que minorité. Il n’y a pas tellement de souci. Il avait quand même des endroits ou des choses où il fallait que je m’y habitue et là aujourd’hui ce sont des choses que je n’y pense même pas. Je suis complètement intégré dans la vie de tous les jours.

Georges Serresse

Georges était curieux de savoir ce qui manquait le plus à Cheik depuis son arrivée à Sudbury. L’étudiant en administration des affaires avoue s’ennuyer de sa mère, de la nourriture et ses amis avec qui il a grandi.

Pour la Semaine nationale de l’immigration francophone, Le matin du Nord a voulu mieux connaître les nouveaux arrivants du nord ontarien avec jumelage. L’idée du projet c’est de réunir une personne nouvellement arrivée avec quelqu’un de bien établi à Sudbury pour qu’ils puissent apprendre à se connaître. Ce projet est fait en collaboration avec Moïse Zahoui du Réseau de soutien à l’immigration francophone du nord de l’Ontario.

Chargement en cours