Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Laberge avec une chemise grise et un pantalon noir
Audio fil du mercredi 6 novembre 2019

Faire tomber les préjugés, une rencontre à la fois

Publié le

Karl-Alain Dédé, originaire de la Côte d'Ivoire et Daniel Stevens de la Première Nation Nipissing ont accepté de participer à un exercice de jumelage dans le cadre de la Semaine nationale de l'immigration francophone. Ils sont photographiés à la Galerie d'art de Sudbury, où ils ont visité une exposition de l'artiste autochtone Joshua Mangeshig.
Karl-Alain Dédé, originaire de la Côte d'Ivoire et Daniel Stevens de la Première Nation Nipissing ont accepté de participer à un exercice de jumelage dans le cadre de la Semaine nationale de l'immigration francophone.   Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

Originaire de la Côte d'Ivoire, Karl-Alain Dédé est arrivé à Sudbury il y a à peine trois mois. Il s'intéresse beaucoup à la culture et à l'histoire des autochtones au Canada. Daniel Stevens est né d'une union entre un père autochtone de la Première Nation Nipissing et une mère francophone blanche. Il enseigne la culture et l'histoire autochtone dans des écoles du nord de l'Ontario.

Les deux hommes se sont rencontrés pour la première fois à la Galerie d'art de Sudbury. Karl-Alain Dédé et Daniel Stevens avaient rendez-vous pour visiter l'exposition de l'artiste autochtone Joshua Mangeshig afin de faire connaissance.

Quelques minutes à peine après s'être salués, les deux hommes ont remarqué rapidement qu'ils avaient beaucoup de choses en commun.

Au fil de la conversation, les deux hommes ont partagé des moments de leur vécu. Les deux ont discuté du racisme auquel ils sont confrontés ainsi que les parallèles entre la culture africaine et autochtone.

On s’est fait tellement abaisser qu’on avait honte de qui nous sommes. Maintenant, il y a tout ce renouvellement de qui nous sommes et nous sommes fiers de ce qu’on représente avec nos traditions.

Daniel Stevens

Karl Alain Dédé a partagé ses réflexions sur comment surmonter ces mêmes difficultés.

On ne doit pas avoir peur de qui nous sommes. On doit l’affirmer, et c’est l’affirmer qui va faire en sorte que les autres vont nous respecter.

Karl-Alain Dédé

Pour la Semaine nationale de l’immigration francophone, Le matin du Nord a voulu mieux connaître les nouveaux arrivants du Nord ontarien avec jumelage. L’idée du projet c’est de réunir une personne nouvellement arrivée avec quelqu’un de bien établi à Sudbury pour qu’ils puissent apprendre à se connaître. Ce projet est fait en collaboration avec Moïse Zahoui du Réseau de soutien à l’immigration francophone du Nord de l’Ontario.

Chargement en cours