Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Laberge avec une chemise grise et un pantalon noir
Audio fil du mercredi 9 octobre 2019

Limite d'un sac de déchets :  comment s'en tirent les garderies?

Publié le

Stéphanie Bossé à côté d'un bac à recyclage et à compostage.
Stéphanie Bossé a dû s'adapter à la nouvelle politique de la Ville du Grand Sudbury en matière de gestion des déchets.   Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

Depuis le 1er octobre, la ville du Grand Sudbury a émis une limite sur le nombre de sacs de déchets que peut avoir une maison. Mais quel est son impact sur les garderies, particulièrement en milieu familial?

Stéphanie Bossé est propriétaire d'une garderie à domicile à Chelmsford dans le Grand Sudbury. Dans une journée, elle prend soin de 5 enfants. La limite imposée par la Ville sur le nombre de sacs de déchets est un problème pour elle. Elle n’a aucun contrôle sur le nombre de couches ou de lingettes utilisées dans une journée, qui peut être considérable parfois.

La bonne nouvelle pour Stéphanie, c’est qu’elle a deux enfants à la maison, ce qui veut dire qu’elle est éligible pour un programme de soutien spécial, ce qui veut dire qu'elle n’a pas à s'inquiéter de la limite de sacs. Par contre, pour ceux avec une garderie à domicile qui n’ont pas d’enfants eux-mêmes, c’est un défi.

Stéphanie Bossé près d'une étagère bondée de jouets.
Stéphanie Bossé accueille 5 enfants à sa garderie familiale privée. Photo : Radio-Canada/Frédéric Projean

Pour moi, je savais que c’était pour être un défi de réduire nos déchets, mais je pense que c’est une bonne chose. J’encourage la ville à commencer des initiatives pour réduire le nombre de déchets dans les sites d'enfouissement ,explique-t-elle.

Avec ce nouveau règlement, les garderies à domicile vont devoir s’adapter. La ville du Grand Sudbury a aussi des programmes spéciaux pour les déchets médicaux et d’animaux.

Chargement en cours