Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Laberge avec une chemise grise et un pantalon noir
Audio fil du mercredi 9 octobre 2019

Inévitable, l’épuisement chez les entrepreneurs?

Publié le

Un homme porte ses mains à la tête. Des gribouillages comportant des points d'interrogation et d'exclamation entourent sa tête.
De plus en plus de personnes vivent de l'anxiété face aux changements climatiques.   Photo : iStock / SIphotography

Les entrepreneurs canadiens travaillent de plus longues heures, prennent moins de vacances et sont susceptibles d'épuisement professionnel.

C’est du moins ce que révèle un sondage de la firme Maru/Blue pour la banque CIBC.

Deux tiers des entrepreneurs qui ont répondu au sondage affirment travailler plus depuis qu’ils ont lancé leur entreprise. Ce sont 61% des répondants qui ont affirmé que leur niveau de stress a nettement augmenté depuis qu’ils sont à leur compte comparativement au temps où ils étaient salariés.

En entrevue à l’émission Le matin du Nord, le professeur de droit et de gestion à l’École de gestion Telfer de l’Université d’Ottawa, Gilles Levasseur, confirme les résultats du sondage. Selon lui, être entrepreneur en 2019 serait plus stressant qu’auparavant en partie parce que les exigences envers les entrepreneurs ont changé.

Les entrepreneurs doivent faire plus qu’avant. De nos jours, il faut avoir les réseaux sociaux, il faut communiquer rapidement avec les clients et avoir un site Web.

Gilles Levasseur, professeur de droit et de gestion à l’École de gestion Telfer de l’Université d'Ottawa
Gilles LeVasseur est professeur de droit et de gestion à l'Université d'Ottawa.
Gilles LeVasseur est professeur de droit et de gestion à l'Université d'Ottawa. Photo : Radio-Canada

Trop peu de vacances

De plus, près de 4 répondants sur 10 affirment n’avoir pas eu de vacances ou très peu dans la dernière année. Ce rythme de travail est inquiétant selon Gilles Levasseur. On ne peut pas fonctionner sans prendre de vacances. Il faut recharger ses batteries. Mais il faut aussi prendre un recul.

Il explique qu’à l’époque, lorsque les gens se lançaient en affaires, leurs familles les appuyaient. Les conjoints et conjointes, les enfants et la belle-famille, tous servaient de main-d’oeuvre pour l’entreprise ou s'occupaient des enfants durant la journée pour permettre aux entrepreneurs de travailler. Toutefois, ce n’est plus le cas maintenant. L'entrepreneur d’aujourd’hui doit porter tous les chapeaux sans avoir ce réseau de soutien d’autrefois.

Chargement en cours