•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’histoire d’un célèbre reclus

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

L’histoire d’un célèbre reclus

Audio fil du jeudi 3 octobre 2019
La page couverture d'un roman, placé sur une table de bois.

Le premier roman de Claire Ménard-Roussy est publié aux Éditions Prise de parole.

Photo : Radio-Canada / Daniel Aubin

Pour son tout premier roman, l'autrice Claire Ménard-Roussy se cherchait une bonne histoire.

Je cherchais un bon sujet, un sujet véridique, une histoire qui s’était déroulée en Ontario français.

Claire Ménard-Roussy

Son roman Raoul, tu me caches quelque chose raconte l’histoire de Raoul Denonville, une personne recluse qui habitait à l’écart de la société, dans une petite cabane de trappe près de River Valley, sur le bord de la rivière Temagami.

C’était un ermite qui cachait un secret qu’on n’a découvert qu’au moment de sa mort, en 1970.

Photo de l'autrice, souriante.

Claire Ménard-Roussy a été enseignante à l'école secondaire Franco-Cité de Sturgeon Falls pour une période de 22 ans.

Photo : Mathieu Girard

Raconter toute une région

Claire Ménard-Roussy espère que son roman fera désormais partie du patrimoine de River Valley. Rien n’avait été écrit, précise-t-elle, sur ce beau petit village.

Pour bien raconter l’histoire de Raoul Denonville, l’autrice est allée à la rencontre de gens qui habitent toujours dans la région et qui ont connu l’homme mystérieux.

Ces personnes sont devenues mes personnes-ressources et puis c’est avec leurs histoires, leurs anecdotes, leurs détails que j’ai pu bâtir mon histoire.

Claire Ménard-Roussy

C’est un premier roman pour cette autrice, qui s’est lancée dans le monde de l’écriture après sa retraite de sa carrière d’enseignante.

Raoul, tu me caches quelque chose est publié aux Éditions Prise de parole.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi