Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Laberge avec une chemise grise et un pantalon noir
Audio fil du jeudi 15 août 2019

Ces poissonniers acadiens oeuvrent dans le Nord depuis plus de 20 ans

Publié le

Bernard et Linda Lanteigne devant le comptoir de leur commerce
Bernard et Linda Lanteigne, propriétaires de la poissonnerie Jessinik à Sudbury   Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

Dans le quartier du Nouveau-Sudbury, il y a une poissonnerie qui offre depuis une vingtaine d'années ses produits et son expertise aux gens de la région.

Le propriétaire de la boutique Jessinik, Bernard Lanteigne est arrivé de l’Acadie en 1998 avec sa famille pour y établir son commerce.

J’étais pêcheur à Caraquet, et j’avais l’idée de changer de carrière. J’ai déménagé en Ontario avec ma femme, mes enfants, puis Sudbury c’est une place très francophone. Ce n’est pas acadien, mais il y a beaucoup d’Acadiens, raconte-t-il.

En cette Fête nationale de l’Acadie, M. Lanteigne a le coeur dans son Nouveau-Brunswick d’origine.

Il garde des souvenirs d’enfance des festivals et des tintamarres qu’il a vécu à Caraquet et compte y retourner pour célébrer lorsque la retraite arrivera.

On vient au monde avec ça. À Caraquet aujourd’hui, tous les magasins sont fermés. C’est la fête.

Mais il dit toujours trouver de ses racines dans le Nord.

Je pense que les premières personnes que j’ai rencontrées ici, c’était des Acadiens. La première journée que j’arrive à Sudbury, j’étais surpris. Ça fait comme du bien, lance-t-il.

Même en s’éloignant de chez lui, rester dans le domaine du poisson et des fruits de mer reste tout à fait naturel pour Bernard Lanteigne.

J’aurais pas pu faire autre chose. Je suis venu au monde là-dedans, je vais rester là-dedans. J’ai même ouvert un restaurant à l’extérieur; c’est pour vendre du poisson.

Chargement en cours