Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Laberge avec une chemise grise et un pantalon noir
Audio fil du mercredi 22 mai 2019

Cet homme rêve d’une association de compositeurs de film à Sudbury.

Publié le

Un homme aux cheveux noirs tenant deux flûtes en bois devant un cèdre.
Pierre Laframboise confectionne des flûtes à partir de branche d'arbre, dont il se sert pour enregistrer de la musique de film et qu'il vend aussi à des particuliers.   Photo : Radio-Canada / Michel Laforge

Pierre Laframboise compose et enregistre de la musique de film pour des productions basées entre autres à Los Angeles, et ce, à partir de son sous-sol dans un quartier résidentiel dans l'ouest de Sudbury.

Comme plusieurs artistes ici, Pierre Laframboise a longtemps eu un autre emploi pour lui permettre de vivre convenablement. L’envie de vivre de la musique était plus forte que lui cependant.

Il est venu un moment dans ma vie où je me suis dit “quand est-ce que j’aurai du temps pour mon art?

Pierre Laframboise

Aujourd’hui, pour combler le creux entre ses contrats de composition, le Sudburois enseigne la guitare, et fabrique des instruments de musique, dont des flûtes et des tambours, qui servent également dans ses compositions.

Si l’envie de créer ne manque pas - des centaines de dossiers de composition se retrouvent sur le disque dur de son ordinateur - le compositeur voudrait qu’il soit plus facile pour les réalisateurs de cinéma de trouver de la musique créée dans Nord de l’Ontario lorsqu’ils tournent dans la région, devenue un pôle de l’industrie cinématographique canadienne.

« Les gens qui achètent la musique ne sont pas ici. J’aimerais avoir un groupe de personnes ici vers lequel [les réalisateurs de cinéma] pourraient se tourner pour tous les films tournés à Sudbury » dit-il.

Plus qu’un simple collectif d’artistes, Pierre Laframboise croît que ça prendrait aussi davantage de relationnistes et de chasseurs de têtes pour faire connaître non-seulement la musique, mais aussi les auteurs et les comédiens de la région.

On a besoin de plus d’agents d’artistes ou de chasseurs de têtes [pour les faire connaître]. Avec tous les films à Sudbury, ce serait bon pour tous les artistes

Pierre Laframboise

Chargement en cours