Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Laberge avec une chemise grise et un pantalon noir
Audio fil du mercredi 27 mars 2019

De la Place des arts de Hearst au CNA d'Ottawa

Publié le

François Girard sur les escaliers en bois du CNA à Ottawa.
François Girard a réalisé un de ses rêves en décrochant un emploi au Centre national des arts, à Ottawa, en 2017.   Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

François Girard a deux grandes passions dans la vie : les arts et les mots.

Il conjugue aujourd'hui les deux, grâce à son emploi qu'il qualifie de rêve: traducteur au Centre national des arts (CNA), à Ottawa.

C'est un long détour qui a amené le jeune père de famille, originaire de Hearst, dans la capitale nationale.

Le Matin du Nord a d'abord fait sa rencontre en 2010, lors de la réouverture officielle de la Place des arts de Hearst, où François Girard était alors directeur artistique.

En 2019, c'est dans le magnifique atrium du Centre national des arts d'Ottawa (dont les rénovations ont coûté 110 millions de dollars en 2017) que l'on discute arts, francophonie et famille avec lui.

Entre les différents emplois qu'il a occupés à Hearst, Sudbury, et Ottawa au cours de sa carrière, François Girard assure qu'il y a toujours eu le même fil conducteur : les communications et les arts de la scène.

J'ai appris à développer les langages, les différents vocabulaires des différentes disciplines pour bien vendre et bien transmettre les messages.

François Girard, traducteur, Centre national des arts
François Girard au CNA.
Le coeur dans le nord de l'Ontario, François Girard est aujourd'hui marié et papa d'un poupon de quelques mois. Les arts et les mots occupent toujours une aussi grande place dans sa vie.   Photo : Frédéric Projean

Traduction

Depuis 2017, son travail consiste à jongler avec les mots en français et en anglais, autant ceux du domaine des arts qu'il apprécie tant, que... ceux des menus de restaurants, des avis de stationnement ou des procès-verbaux du CNA!

Le traducteur assure qu'il y trouve son compte.

On a tous déjà vu des traductions un peu boiteuses. Je suis très heureux de mettre les mots justes, pour qu'un francophone sente que c'est un francophone qui est derrière ça, et pas un anglophone. Il y a un grand plaisir là-dedans.

François Girard, traducteur, Centre national des arts
François Girard dans les escaliers du CNA.
François Girard a bourlingué de Hearst à Ottawa, en passant par Sudbury. Ses racines demeurent profondément ancrée dans le nord de la province. Photo : Radio-Canada/Frédéric Projean

Le coeur dans le nord

La vie familiale et professionnelle l'a amené à déménager en Outaouais avec sa conjointe, et à oeuvrer dans la capitale fédérale il y a quelques années déjà. Avec un bébé de quelques mois, il avoue que les quelque 12 heures de route qui le sépare de sa famille à Hearst sont bien longues.

Il tente quand même de trouver des racoins qui lui rappellent le nord.

Oui, Ottawa c'est une grande ville, mais on conduit 20 minutes et on est vraiment dans la nature. Ce qui fait qu'un gars peut se dépayser un peu en retournant faire de la raquette dans le bois!

François Girard

Avantage

François Girard soutient que la grande présence du français, de l'anglais et des institutions fédérales dans la capitale nationale représente un avantage indéniable pour l'homme d'affaires en lui, qui possède aussi son entreprise privée de traduction.

Ma vie est à Ottawa, mais mon coeur est dans le nord de l'Ontario, conclut-il.

Chargement en cours