Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Laberge avec une chemise grise et un pantalon noir
Audio fil du jeudi 28 mars 2019

La pianiste classique qui rêvait de revenir à Chapleau

Publié le

Kassandra-Anne Demers sur son piano, en plein air.
Kassandra-Anne Demers rêve de revenir dans son patelin de Chapleau pour y démontrer ses talents.   Photo : GREG LOCKE

Passionnée de piano, Kassandra-Anne Demers a dû s'expatrier à des milliers de kilomètres de son patelin du village de Chapleau pour s'épanouir. Aujourd'hui, ayant presque complété sa maîtrise en performance, la pianiste rêve d'y revenir et de démontrer tout son savoir-faire.

Parce qu'être exposé à la musique classique à Chapleau relève plutôt de l'exploit, souligne-t-elle.

C'est ma passion d'être dans ces coins-là et d'être capable d'introduire la musique classique. Par exemple, à Chapleau, c'est rare qu'il y a de la musique classique.

Kassandra-Anne Demers, pianiste
Kassandra-Anne Demers chapeau sur la tête et lunette de soleil sur les yeux.
Kassandra-Anne Demers termine prochainement sa maîtrise à l'Université d'Ottawa.   Photo : Rich Blenkinsopp

Détermination

Kassandra-Anne Demers a commencé par apprendre seule le piano, dans son bled de 1200 habitants du nord de l'Ontario. C'est « par chance » dit-elle qu'elle a été acceptée au collège Cambrian, à Sudbury, où elle a pu commencer son apprentissage de son instrument de prédilection.

Ces études en musique l'ont ensuite menée à Édimbourg en Écosse, Terre-Neuve, et à Ottawa.

Ça prend beaucoup de détermination et être strict avec soi-même avec ses buts. Avoir des buts clairs, ne pas lâcher.

Kassandra-Anne Demers

Mentor

À l'Université d'Ottawa, elle peut notamment compter sur le professeur David Jalbert, qualifié d'un des meilleurs pianistes de sa génération par la CBC, pour la guider dans l'obtention de sa maîtrise.

Même si elle le côtoie régulièrement, Kassandra-Anne Demers avoue en riant ressentir un peu de jalousie à l'endroit des amateurs de musique de Thunder Bay, qui pourront le voir à l'oeuvre avec l'orchestre symphonique de la ville le jeudi 28 mars.

La pianiste franco-ontarienne estime qu'il l'aide grandement dans sa maîtrise du piano.

Il m'a donné l'espace pour explorer mes propres idées. Ensuite il me donnait ses idées. C'était un travail en équipe. Il est super sensible aux détails de la musique.

Kassandra-Anne Demers
Kassandra-Anne Demers et son mentor, David Jalbert.
Kassandra-Anne Demers et son mentor, David Jalbert. Photo : Radio-Canada/Facebook: Kassandra-Anne Demers

Futur

Kassandra-Anne Demers envisage de faire un doctorat après avoir complété sa maîtrise.

Entre-temps, elle aimerait bien travailler sur les bateaux de croisière et poursuivre sa recherche d'influences musicales.

Une carrière de professeur à l'Université d'Ottawa, comme son mentor David Jalbert, fait aussi partie de ses plans à long terme.

« Si tu es quelqu'un dans une petite ville, c'est juste "Ne lâche pas, continue". C'est vraiment la passion qui commence à mettre le feu. Et ensuite, c'est certain que tu vas pouvoir avancer si tu ne lâches pas. »

Chargement en cours