Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Laberge avec une chemise grise et un pantalon noir
Audio fil du lundi 21 janvier 2019

Autochtone, francophone, et fier hockeyeur dans la Ligue de l'Ontario

Publié le

Ryan Obonsawin au coeur de la patinoire de l'aréna de Sudbury.
Âgé de 19 ans, le hockeyeur sudburois Ryan Obonsawin a traversé plusieurs épreuves pour se rendre dans la Ligue de hockey de l'Ontario.   Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

Fier représentant de la communauté autochtone et seul francophone des Wolves de Sudbury, le hockeyeur Ryan Obonsawin reconnaît son rôle de modèle dans la communauté, et ce n'est pas lui qui va s'en plaindre!

Lui-même l'admet : comme il n'est pas le plus talentueux, le défenseur de 19 ans a dû travailler fort pour tailler sa place dans la Ligue de hockey de l'Ontario.

Même après plus d'une vingtaine de parties avec les Wolves, il ne tient rien pour acquis.

S'il a un message pour les jeunes athlètes qui rêvent de poursuivre une carrière de hockeyeur, c'est de ne jamais abandonner même si comme lui, ils songent un jour à tout abandonner.

J'ai continué et je suis rendu ici. Ça prend juste du travail. Plein de monde veut jouer ici : c'est une des meilleures ligues au monde pour atteindre la LNH. Il y a toujours quelqu'un qui veut prendre ton spot.

Ryan Obonsawin, défenseur des Wolves de Sudbury
Ryan Obonsawin au centre de la patinoire.
Ryan Obonsawin a débuté l'année avec les Canadiens de Rayside-Balfour, mais il est maintenant bien implanté avec les Wolves. Photo : Radio-Canada/Frédéric Projean

Deuil

L'an dernier, le hockeyeur d'Azilda n'a disputé que 8 parties dans la OHL. Cette année, il a de nouveau commencé la saison avec les Canadians de Rayside-Balfour (NOJHL), avant de confirmer sa place chez les Wolves.

Tout n'est pas rose pour autant pour le jeune homme de 19 ans.

À l'automne, Ryan Obonsawin a vécu une grande peine d'amour : sa copine de longue date, la hockeyeuse Mélissa Kingsley, est décédée après une longue lutte contre le cancer.

Pour lui rendre hommage, il a troqué son 16 pour le numéro 23 qu'elle portait fièrement avec les Lady Wolves de Sudbury et les Gee Gee's d'Ottawa... et ça lui a porté chance!

Depuis, j'ai compté des buts, parce quand elle jouait, c'était une « goal scorer ». Donc là, c'est elle qui compte les buts pour moi! Oui, je sens encore sa présence. Chaque jour, je joue pour elle.

Ryan Obonsawin, hockeyeur

Autochtone

Ryan Obonsawin est Abénaki. Il admet ne pas toujours pratiquer les coutumes autochtones, mais il tient à s'impliquer par exemple lors de l'élection d'un chef.

Il suit aussi de près la situation des conseils de bande en Colombie-Britannique.

Le défenseur des Wolves tire une grande fierté d'être un des rares membres d'une Première nation à évoluer dans la Ligue de hockey de l'Ontario.

Quand tu as la chance de représenter ton héritage, c'est toujours le fun. Je suis fier d'être autochtone.

Ryan Obonsawin

Le hockeyeur de Sudbury compte jusqu'à maintenant 3 buts et 1 passe dans la OHL cette saison.

Chargement en cours