Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Laberge avec une chemise grise et un pantalon noir
Audio fil du jeudi 10 janvier 2019

Reconnaître l'Alzheimer grâce à un parapluie bleu

Publié le

L'autocollant avec un parapluie bleu sur la porte d'un commerce.
Cet autocollant indique qu'une entreprise ou un organisme a les compétences pour aider les gens qui souffrent de démence.   Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

Une visite chez un avocat peut s'avérer un cauchemar, avec le jargon juridique parfois difficile à comprendre. Imaginez si en plus vous devez vous y retrouver en étant atteint d'une démence.

Cette réalité, maître Andrée Lacroix, d'un cabinet d'avocats de Sudbury, la côtoie régulièrement.

Question de mieux guider ces personnes conscientes ou non d'être atteint d'une forme de démence comme l'Alzheimer, la firme d'avocats profite d'un programme spécial de la Société Alzheimer Sudbury-Manitoulin North Bay.

« Le parapluie bleu », est offert dans le nord depuis 2016 aux entreprises et aux organismes de la région.

Cette formation d'une demi-heure en milieu de travail permet de mieux reconnaître les symptômes et de mieux communiquer avec les personnes atteintes de démence.

La formation a été donnée dans 42 entreprises sur le territoire desservi par la Société Alzheimer.

C'est très utile. On a souvent des clients qui vont nous consulter pour différentes choses, et parfois, nous allons reconnaître qu'il y a un problème.

Maître Andrée Lacroix, avocate
Maître Andrée Lacroix devant un mur gris.
Maître Andrée Lacroix insiste sur l'importance de la formation offerte par la Société Alzheimer Sudbury-Manitoulin North Bay. Photo : Radio-Canada/Frédéric Projean

Sécurité

Me Lacroix rappelle que ce n'est pas parce qu'une personne souffre de démence qu'elle n'est pas en mesure de prendre des décisions.

Sauf que parfois, si la maladie est à un niveau plus « avancée », elle doit parfois communiquer avec un proche qui aurait l'autorité d'agir pour cette personne, et assurer sa sécurité.

Elle encourage les autres entreprises du nord à se joindre au programme du parapluie bleu et à afficher fièrement l'autocollant du programme sur la porte de leur commerce.

Je ne sais pas pourquoi quelqu'un hésiterait. C'est 30 minutes. Ça nous ouvre les yeux à une réalité. C'est entendu que le nombre de gens qui va souffrir de démence va augmenter.

Maître Andrée Lacroix, avocate
Brian Bigger et trois femmes sont assis à une table de conférence.
Brian Bigger a rencontré plus tôt cette semaine les représentants de la société Alzheimer à l’occasion du mois de sensibilisation à la maladie. Photo : Radio-Canada/Justine Cohendet

Statistiques

L'an dernier, près de 1400 nouveaux clients ont contacté la Société Alzheimer Sudbury-Manitoulin North Bay.

L'organisme a réalisé plus de 4800 interventions en personne et au téléphone, avec les personnes aux prises avec des démences et avec leur famille.

Chargement en cours