•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Élections en Guinée et en Bolivie : entre déception et espoir

Rattrapage du mercredi 21 octobre 2020
Un homme debout dans une voiture.

Le président sortant Alpha Condé ambitionne de rester au pouvoir pour un troisième mandat, une décision ayant provoqué de violentes manifestations dans le pays.

Photo : Reuters / STRINGER

Chronique | Les élections présidentielles récentes de deux pays ont retenu l'attention de la politologue en résidence du matin du Nord, Aurélie Lacassagne.

D'abord, les présidentielles en Guinée, sur le continent africain, où le scrutin s'est déroulé dans le calme, mais où des violences ont fait irruption peu de temps après.

C'est que le candidat de l'opposition Cellou Dalein Diallo de l'Union des forces démocratiques de Guinée s'est proclamé vainqueur avant même l'annonce des résultats officiels. Comme l'a fait remarquer la politologue, les gens ont d'abord voulu célébrer dans la rue, mais les festivités ont rapidement tourné à la violence entre les manifestants et les forces de l'ordre. Trois personnes y ont d'ailleurs perdu la vie.

Dans sa chronique, Aurélie Lacassagne revient sur les événements qui ont mené à l'élection du nouveau président et à l'échec de celui sortant, Alpha Condé qui était au pouvoir depuis 2010, et qui sollicitait un 3e mandat.

Calme en Bolivie

En Bolivie, la situation est toute autre. Alors que beaucoup d'observateurs craignaient les présidentielles en raison d'un climat tendu, elles se sont déroulées dans le calme. D'abord, la victoire de Luis Arce, le candidat du Mouvement vers le socialisme (MAS) a été décisive et rapide. Il a remporté les élections dès le premier tour du scrutin avec entre 52 à 53 pour cent des voix. Un an après que le parti auparavant dirigé par Evo Morales fut évincé du pouvoir, il le reprend.

Luis Arce et deux alliés se tiennent les mains dans les airs pour célébrer sa victoire. L'un de ses alliés porte un costume traditionnel.

Luis Arce célèbre sa victoire à la présidentielle. L'ex-ministre de l'Économie d'Evo Morales est crédité de 52 % des suffrages, selon des sondages effectués à la sortie des urnes, mais son adversaire a déjà concédé la victoire.

Photo : Getty Images / AFP/RONALDO SCHEMIDT

Personne n'avait misé sur des résultats aussi clairs et nets dès le premier tour, et surtout on redoutait effectivement des violences, comme on en avait vu il y a un an après l'annonce de la victoire de Morales.

Aurélie Lacassagne, politologue en résidence au Matin du Nord

Le nouveau président bolivien, Luis Arce, est l'ancien ministre de l'Économie sous Morales. Il est connu pour avoir grandement transformé l'économie bolivienne entre 2006 et 2015 en accélérant la vente de matières premières à l'international.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi