•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le matin du Nord

Avec Martine Laberge

En semaine de 6 h à 9 h

Comprendre l’entrée en scène de Ba N’Daou au Mali

Rattrapage du mercredi 23 septembre 2020
Des militaires

Des soldats maliens marchent sur la base militaire de Kati, au Mali.

Photo : AFP / ANNIE RISEMBERG

La politologue Aurélie Lacassagne analyse la situation au Mali, alors que le pays vient de nommer un président de transition après une période d'instabilité qui a mené à la destitution de l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta.

Ba N’Daou, ministre de la Défense à la retraite, prend donc la tête d’un collège de transition qui rassemble 11 personnes, 5 membres de la junte militaire, dont le numéro 1, le colonel Goïta, qui secondera Ba N’Daou, 2 religieux, 2 représentants du mouvement de contestation à l’ex-président Boubacar Keïta et 2 personnalités de la société civile.

En plus de cette instabilité politique, le Mali doit aussi vivre avec de la violence à grande échelle qui se déroule sur son territoire.

Cette violence qui est appelée par les Occidentaux violences intracommunautairesoppose les communautés de Peules et les Dogons avec le grain de sel de certains groupes djihadistes actifs dans la région.

Selon Mme Lacassagne, un acteur inattendu aurait contribué à faire cesser les violences.

Cet été, les armes se sont tues. Les responsables de cette paix : les djihadistes eux-mêmes. On appelle même ça la pax jihadista.

Aurélie Lacassagne, politologue

Selon elle, ces groupes ne cherchent qu’à asseoir leur domination dans la région en fournissant des services à la population en l’absence de l’état malien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi