Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Martine Laberge avec une chemise grise et un pantalon noir
Audio fil du mardi 15 octobre 2019

La perte d'un enfant, un deuil sans fin

Publié le

La famille Laflamme-Lacroix à l'automne 2019, entourée de feuilles mortes dans un paysage d'automne.
La famille Laflamme-Lacroix à l'automne 2019   Photo : Avec l'autorisation de Sophie Laflamme

La journée était grise et sombre, une journée d'avril dans le nord de l'Ontario où une fine couche de pluie verglaçante recouvre les parebrises et les trottoirs.

Une journée où les déplacements à l'extérieur de la petite ville de près de 6 000 habitants sont presque impossibles. C'est ce jour-là - le 18 février 2008- que les jumeaux de Sophie Laflamme et Conrad Lacroix ont décidé de faire leur entrée dans ce monde. À la 25e semaine de gestation, les fortes contractions inquiètent avec raison les futurs parents qui se rendent aussitôt à l'hôpital.

Vivant à Hearst à 25 semaines il n'y a aucune chance de survie

Sophie Laflamme

Le petit Hughes pesait 1lb 15 onces au moment de sa naissance, sa soeur Laurence 1lb 13 onces. Les poupons ont été transférés d'urgence à l'hôpital McMaster à Hamilton où ils ont été soignés. Laurence est décédée deux mois plus tard, le 10 avril 2008 des suites de complications en raison d'une infection. Hughes, lui, a survécu.

L'importance d'en parler

La perte de Laurence est toujours difficile pour la mère de famille, qui a depuis eu 2 autres garçons. Malgré la tristesse que cela provoque, elle invite les parents qui ont vécu un deuil périnatal à en parler. Ça fait du bien d'en parler, je pense qu'il ne faut pas ignorer ou éviter le sujet

Du même souffle, elle croit que la journée de sensibilisation au deuil périnatal, le 15 octobre, est l'occasion de rappeler l'importance de soutenir ceux et celles qui ont vécu ou qui vivent présentement le deuil d'un enfant.

Elle a vécu, la petite personne et des fois c'est touchant que quelqu'un va reconnaître que j'ai eu une fille au lieu de l'éviter et faire comme si ce n'est pas arrivé

Sophie Laflamme

Chaque année, le deuil périnatal est souligné notamment grâce à une campagne de rubans bleu, rose et blanc que portent les parents endeuillés.

Chargement en cours