Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Francis Reddy
Audio fil du dimanche 25 novembre 2018

Marc Séguin voudrait que le changement vienne des gens

Publié le

L'homme est devant un micro.
Marc Séguin en entrevue avec Francis Reddy   Photo : Radio-Canada

« Les solutions sont simples. Plus on va informer les gens, [plus ça changera]. C'est le principe du clou : il faut taper 1000 fois pour que ça rentre », lance le peintre et fermier Marc Séguin à propos des changements nécessaires à notre modèle agricole.

Pourquoi ne se présente-il pas en politique, question d'amener des changements dans la production agricole? « Je pense que dans l’état actuel des choses, les gens disent qu’ils ont les mains liées; je n'aurais pas d'influence, répond Marc Séguin. Si ça vient des gens, on n’aura pas le choix de les écouter. J’ai compris que le changement ne viendrait pas des politiciens : il viendra de nous. »

Ironiquement, l'artiste n’a pas voté lors des plus récentes élections provinciales. « J’ai mangé un char de fumier. Je ne pensais pas que c’était un sujet aussi sensible, mais je sais que je vais désormais y aller et montrer le bon exemple à mes enfants », souligne-t-il, ajoutant que sa fille aînée, âgée de 20 ans, est allée voter et qu'elle ne comprenait pas le choix de son père.

Ce peintre, qui est aussi romancier, cinéaste et père de quatre enfants, partage sa vie entre Brooklyn et Hemmingford.

Un peintre daltonien

Les peintures de Marc Séguin remportent un énorme succès. Mais qui sait qu’il est daltonien? « Ce défaut m’a quand même bien servi », souligne l'homme.

« Ma plus grande qualité est de rêver », ajoute-t-il.

D’ailleurs, l’année dernière, il a présenté le documentaire La ferme et son État, un plaidoyer pour les cultivateurs qui rêvent de faire de l'agriculture autrement. Il a lui-même une érablière, des porcs, des poules, un potager et un verger.

Il existe maintenant un fromage – La Bête-à-Séguin, de la Fromagerie Île-aux-Grues – en hommage à Marc Séguin.

Chargement en cours