•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les « p’tits vieux » de Maryse Turcotte

Le goût des autres

Avec Francis Reddy

6 au 16 juillet
Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 2 h)

Les « p’tits vieux » de Maryse Turcotte

Maryse Turcotte se fait interviewer par un journaliste.

La Dre Maryse Turcotte

Photo : Radio-Canada

Gérontopsychiatre à l'Hôpital Sainte-Croix, à Drummondville, et ex-athlète olympique – elle a représenté le Canada en haltérophilie aux Jeux de Sydney, en 2000, et à ceux d'Athènes, en 2004 – la Dre Maryse Turcotte appelle ses patients « mes p'tits vieux ». La vie l'a menée vers cette passion pour la psychologie des personnes âgées, selon ce qu'elle explique à Francis Reddy. Son père étant mort quand elle était jeune, elle a passé beaucoup de temps avec ses grands-parents. C'est là qu'elle a appris l'importance d'apprendre de l'expérience des aînés. « Je pense que c'est le fait que nous, on s'imagine qu'on est les seuls à vivre ce qu'on vit », croit-elle.

La cheffe du Département de psychiatrie à l’Hôpital Sainte-Croix, à Drummondville, explique que la gérontopsychiatrie est une discipline relativement jeune au Québec. Maryse Turcotte a fait partie de la première cohorte de finissants dans ce domaine.

Il faut rester humble. Comme médecin, on ne guérit pas tout, très loin de là, et particulièrement en psychiatrie, on accompagne, on soutient [les patients], mais il y a quand même des améliorations qui sont surprenantes.

La Dre Maryse Turcotte
Maryse Turcotte soulève une barre pendant la compétition d'haltérophilie.

Maryse Turcotte aux Jeux du Commonwealth à Melbourne, en Australie, en 2006.

Photo : Getty Images / Ross Land

La Dre Maryse Turcotte aime particulièrement les patients qui ont l’âge de la retraite. Lorsque ceux-ci perdent leur rôle traditionnel à la suite du départ des enfants de la maison, plusieurs souffrent de dépression.

Bref, sa passion pour les personnes âgées se résume ainsi pour elle : « Un jour, ça va être nous, en fait. […] Ça fait partie de la vie. On avance, on ne recule pas. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi